Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 19:10

Une fois, et bien d'autres fois, je posais cette question, que tous, nous posons: qu'est ce qui est "Beau"?

Comme chacun j'ai été saisie, happée, bouleversée parfois face à une œuvre d'art, qui pouvait laisser un autre totalement indifférent. Je ne voulais pourtant pas me résoudre à accepter cette relativité du Beau. Peut-être ne m'étais-je pas posée la question dans le bon sens ? Peut être était-ce par l'effet de ce que moi, je trouve beau, que j'arriverais à trouver le sens et la fonction de l'impact artistique ???

 

Même si je ne suis pas en empathie immédiate avec ce qui se présente à moi, je sais, pour l'avoir déjà éprouvé, que ce moment de grâce où l'humain se laisse ainsi saisir, est une vérité de notre condition.

Je sais que celui qui a produit l'oeuvre, si grandiose soit-elle, n'est pas un être surnaturel, mais un homme dont je suis l'égale, je sais que celui qui la reçoit est mon frère et mon complice. Alors oui, je sais que l'émotion produite par l'oeuvre ou par l'artiste façonne un esprit transversal qui irrigue toute l'humanité, un fleuve souterrain ou à ciel ouvert qui charrie la fonction poétique jusqu'à celui là même qui l'ignore. Voici l'utilité du vent qui balaye devant nos portes, voici la fraternité de toute création qui me pose face à ma propre beauté, à ma propre capacité : celle d'une réalisation profondément humaine

 

Certains me diront que la ferveur sportive ou religieuse, l'aspiration à la richesse et la médiatisation à outrance, voire même "l'art de la guerre", et pire encore la folie de l'humain, sont tout aussi constitutives de nos sociétés et que je ne peux ignorer ce qu'ils m'apprennent de moi. Je ne les néglige pas. J'y découvre aussi ma faiblesse, parfois mes dérives, précisément parce qu'une ferveur exagérément partagée ou une passion dévorante mènent à une violence qui ne m'est pas étrangère. Mais je n'ai jamais vu que le saisissement de l'émotion plastique ou musicale mène à ce comportement *.

Je le tiens donc pour une des plus pures manifestations de l'humain, non dans la passion, non dans l'adoration, non dans la possession, mais dans le bonheur de la réception contemplative qui met la Beauté et l'Homme, accolés, au centre de son désir.

 

L'amour de l'Art nous tient debout, tous ensemble. Je ne dirais pas qu'il nous transcende car il est juste à la hauteur de nos coeurs, de nos têtes, de nos mains. J'ai entendu récemment ce poème de René Char qui m'a beaucoup émue

"Le poète recommande :  Penchez-vous, penchez-vous davantage.
Il ne sort pas toujours indemne de sa page,
mais comme le pauvre il sait tirer parti de l’éternité d’une olive."
 

Comme le poète, je me penche sur cette chose simple qui part du coeur, des mains, des pieds qui sont à moi et qui se mettent en marche : vers la noblesse de mon humanité, vers la beauté, vers une vie d'artiste - créateur et amateur- car chaque oeuvre que je rencontre, ou chaque tentative maladroite que je mets au monde, me redonnent cette dignité vitale au milieu d'un monde d'indignités récurrentes.

 

Ainsi,  je ressens l'adhésion à toute pratique artistique comme une forme de militantisme paisible qui nous met en conscience avec l'autre. Sur cette route, comme en bien d'autres chemins, chacun peut construire avec ses moyens, ses goûts, ses outils imparfaits, un art, de pauvreté ou de génie, universel ou singuier, monumental ou minuscule. Un art pour l'homme.

Pour la beauté du geste.

 

♦ ma vie d'artiste (5)

*je sais qu'on pourrait m'opposer les débordements musicaux de tels ou tels concerts. Je n'y vois pas la perversité de l'art en soi, mais le souffle d'un public avide de sensations fortes qui trouvera à les manifester même sans référence à la musique en tant que telle. Toute autre est la ferveur sportive, dont l'objet même est d'exacerber une compétition entre groupes humains "forts" et "faibles" ... Je ne parlerai pas des exactions commises au nom des religions qui, pour n'être pas défendables, prouvent que bien souvent ceux qui les commettent n'ont rien compris au sens des mots qu'ils prononcent.

 

Dautres liens vers "ma vie d'artiste" :

Partager cet article

publié par dominique dieterlé
commenter cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher