Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 10:41

La poésie oui, mais il y a des moments , surtout lorsqu'on a un peu voyagé ici et là, où l'on se dit que la colère peut dévaster les images les plus idylliques.

Du plastique, il y en a partout, on le sait, on le voit, sur mer et sur terre partout dans le monde. On fait même souvent grief aux pays "en voie de développement" de ne pas mettre en place les décisions, ou les structures organisées qui pourraient enrayer le fléau. On leur prêche le "bon exemple" : RE-CY-CLA-GE !

Des déchets, genre métaux lourds, ou batteries de téléphone, on sait depuis longtemps qu'ils sont retraités par des gamins asiatiques assis sur des monceaux de carcasses polluantes, tout comme celles des bateaux, ou autres objets industriels.

Mais les plastiques !!

Je n'excuse pas ma naïveté, je pensais vraiment qu'en triant soigneusement nos déchets dans les "sacs jaunes", en les amenant aux centres de tri (j'ai été élue municipale, j'ai visité avec fierté ces structures providentielles), on faisait bien notre job pour la planète. Ce serait encore mieux, bien sûr, si on essayait de ne plus du tout utiliser bouteilles plastiques et emballages surfaits. Mais bon. On avait un petit fond de bonne conscience.

Et voilà qu'il y a quelques matins, en lisant le journal local, j'apprends que nous sommes dans une merde noire parce que la Chine ne veut plus s'occuper de nos plastiques (venus de France ou d'Allemagne par exemple, supposés bons élèves de l'écologie)  et qu'elle les déverse désormais sur les pays voisins qui n'en peuvent plus.

Votre pot de yaourt judicieusement trié, fait 10000 kilomètres en container (pollution maritime et pétrolière à la clef), puis repart depuis la Chine jusqu'en Malaise ( re-container ? ) et là on le fourgue à une usine qui empoisonne les gens du coin. Tout ça parce qu'on ne veut pas empoisonner notre air, et nos poumons à nous, avec ce "recyclage" hyper polluant ?? Une fois qu'on a recyclé, j'imagine qu'on renvoie les fibres ainsi obtenues en Chine ou au Bangladesh pour fabriquer des tee shirts 100% écolos qui apaisent nos consciences et se retrouvent dans nos magasins pleins de bons sentiments et de coquets bénéfices (après un nouveau transfert, en avion peut être cette fois, la mode n'attend pas !).

Franchement, ça me coupe presque l'envie de trier. Je me dis que nos poumons à nous européens, n'ont qu'à assumer les conséquences de leur stupide sur-consommation. Une fois encore tellement en colère face à cette arrogance assumée qui se sait si bien se débarrasser des conséquences (comme par exemple lors de nos mirifiques contrats de vente d'armes)

Je sais qu'il y a des actions menées ici et là par des militants pour débarrasser les rayons de nos magasins des sur-emballages et promouvoir le plus possible les livraisons en vrac.  J'essaye d'y faire attention... Je sais tout ça...

Mais là c'était tellement et tranquillement  écrit noir sur blanc. Avec le petit déjeuner et la première lecture matin...  que ça donne envie de pleurer... ou de tout péter !

journal "le Télégramme" de jeudi 25 avril

journal "le Télégramme" de jeudi 25 avril

Partager cet article

commentaires

Alain 04/05/2019 14:08

Mais qui croit encore qu'on pourra sortir de la crise environnementale mondiale sans sortir du capitalisme, en tentant de le rendre "vertueux"?

Alain 04/05/2019 13:36

Merci Dominique pour ce coup de colère!

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Chroniques, poésies, photos, créations pour illustrer mes voyages, mes rencontres avec les humains solidaires, avec l'Art et les cultures, ici et partout ailleurs. Livres parus à ce jour : "lettres d'Anisara aux enfants du Togo" (Harmattan), "Villes d'Afrique" et "Voyager entre les lignes" (Ed. Le Chien du Vent)
  • Contact

Rechercher