Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 10:18

voici quelques extraits d'une interview le 27 octobre par Michel Rouger du journal "Ouest France" de Pierre Micheletti, président de Médecins du Monde... dont les propos m'interrogent directement. En tout cas le titre de l'article m'a paru significatif et ouvre une nouvelle fois la réflexion sur ce sujet sensible

lire l'intégralité de l'article

l'humanitaire doit s'ouvrir aux autres cultures

Les interventions « à l'occidentale » ont vécu, affirme Pierre Micheletti, président de Médecins du Monde. L'humanitaire doit évoluer et cesser toute collusion avec la politique.

L'action des « French doctors » a démarré il y a quarante ans, lors de la guerre du Biafra. Qu'est-ce qui a changé depuis ?

À la fin des années 1960, l'Occident était dominant sur les plans économique, financier, intellectuel. Il a donc accouché d'une génération de jeunes toubibs qui se sont lancés dans la solidarité internationale avec une vision, des certitudes occidentales. Aujourd'hui, des rééquilibrages économiques et politiques sont survenus, des poids lourds ont émergé, le colonialisme ancien s'est éloigné. Les bons « petits Blancs » du docteur Schweitzer, c'est fini.

Il y a vraiment urgence à s'adapter ?

On ne peut plus rester les bras croisés en disant : on ne va pas en Irak; on ne va plus aller en Afghanistan ; on n'ose plus aller à Haïti, dans la Corne de l'Afrique, en Colombie... Si nous ne savons pas prendre certains virages, je parie que, dans dix ans, les « French doctors » n'existeront plus, ou, s'ils existent encore, ce sera pour des catastrophes naturelles qui ne gênent personne.

L'humanitaire est-il victime de la collusion avec la politique, symbolisée par Bernard Kouchner ?    

La révolte de Kouchner au Biafra était réelle : c'était celle d'un jeune médecin d'origine juive, très marqué par la Shoah. Si on oublie la personne, le personnage Kouchner, lui, a peu à peu rejoint le courant anglo-américain caractérisé par des ONG (organisations non gouvernementales NDLR) qui suivent les positions de leur gouvernement.
Pour nous, avoir un ministre des Affaires étrangères qui se revendique humanitaire et qui, dans beaucoup de ses prises de position, entraîne les ONG françaises dans la confusion avec la politique étrangère, on ne peut pas faire pire. Aujourd'hui, en Afghanistan, accepter d'être identifié comme proche de la politique étrangère française serait irresponsable vis-à-vis de nos équipes. Tout nous pousse à clarifier le débat.

/...
Médecins du Monde veut s'allier à des ONG non-occidentales. Pourquoi ?

Les gens sont toujours demandeurs de solidarité, mais d'une solidarité qui s'inscrit dans la reconnaissance de l'autre. Nous voulons démultiplier l'aide en allant chercher de nouvelles ressources et, en même temps, sortir de cet humanitaire un peu flamboyant, occidental, européen.
Nous pouvons jouer, par exemple, un rôle de passerelle avec le monde musulman, dire qu'on ne se reconnaît pas dans la théorie du choc des civilisations. Des pays comme l'Inde peuvent aussi nous aider à aborder plus facilement des contextes comme la Birmanie. On est aux prémices des discussions.

/...
On peut s'adapter sans renoncer?

Il ne s'agit pas de renoncer à ce que nous sommes, aux mécanismes qui nous ont fait naître. On ne va pas s'arabiser ! Il s'agit de trouver des alliances en gardant nos repères. Si l'on est un peu adroits, on peut faire en sorte que ces pays développent un humanitaire qui nous ressemble. Qui ne soit pas le bras armé/si j'ose dire, d'une politique nationale. De toute façon, il n'y a pas le choix.

• Pierre Micheletti signe : "Humanitaire : s'adapter ou renoncer", éditions Marabout Essai, 224 pages, 15 €.

Partager cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher