Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 12:17

dans l'échange de mots qui a présidé à la rédaction du livre, j'ai d'abord été la destinataire de moments d'écriture partagée, comme je l'ai déjà évoqué, mais aussi de lettres et de poèmes qui disaient chaque fois la douleur d'une parole qui n'a pas de lieu pour s'écrire et s'afficher, parce que les moyens de communication manquent le plus souvent, et que la liberté de se manifester, de quelque façon que ce soit, est toujours trop loin du rendez vous qu'ils espérent !

le moins que je puisse faire est de laisser une part de cet espace de libre expression aux mots de mes amis, qui m'ont portée, qui m'ont installée dans mon projet et lui ont permis d'aboutir.



LA REALITE DE LA VIE MORALE

Combattons pour la paix
Oui pour la renaissance de l’Afrique
Cette Afrique –là
Cette Afrique qui a perdu ses enfants
Pour toujours et à jamais
Souffre aujourd’hui de l’asthme mental
Elle a été sacrifiée
Pour rien cette femme est morte
Engloutie par sa propre souffrance
Cette femme qui était un cœur sacré d’Afrique
Perdant du sang sanglote

L’on a pu imaginer un rêve impossible
Mais non c’est une réalité
Que personne au monde ne pourrait nier
La mère fatiguée dans son gouffre
Crie en vain alarmée et meurt.

Est-ce cela que vous voulez de l’Afrique ?
Insensés criminels désespérés par la soif
De la justice
Pour la plus part d’eux le soleil est mort
Plus qu’à jamais le grand jour est là
Ce grand jour finira par apparaître
C’est en quoi il ne faut la foi totale
Cette chose la plus chère au monde
Est de sauvegarder l’enfant d’Afrique


LA VIE DE TOUS LES TEMPS

Pas à pas de sueur froide
La vie s’inspire à travers la nuit sombre.
A tout prix de risque
Nous espérons.

Nous estimons comprendre
Mais jamais
Nous sommes tristes
De voir ainsi la vie s’obscurcir.
Hélas personne ne prend soin
Ils s’en moquent.

Motivés nous laissons l’été venir .
La vraie peine de vie est là.
Etait-elle cachée ou non ?
Mais comment le savoir ?

Bien que le désert se mue
Installés au fond de leur mine
Ils résistent.
Actuellement ils sont dépassés par l’émotion
Mais ils se battent pour y arriver.
L’effort en vain est resté inerte.
Tout semble inestimable
Mais non !

C’est l’apparence qui vous trompe.
Chacun a sa chance.
Chaque chose a son temps.
Et cela viendra tôt ou tard.
Ne nous soucions pas,
ça vient dans un silence.

Partager cet article

publié par stéphane assih - dans en retour
commenter cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher