Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 12:43
pourquoi ce pays ?

je l'ai découvert pourtant au hasard, en 2001, lors d'une improbable "mission" de soutien scolaire alors que je cherchais une asso qui voudrait bien accepter une quinquagénaire partant à la rencontre d'un autre monde !

alors, pourquoi aimer ce pays, ses habitants, sa douceur verdoyante, ses taxis brinquebalants, son inaltérable sourire, malgré la misère dignement affichée ? 
pour toutes ces raisons précisément
des raisons, au delà de celles plus personnelles dont j'ai parlé dans le livre, qui peuvent se transmettre, se partager, et donner envie à quelques voyageurs et amoureux de l'Afrique de l'Ouest de franchir l'au-delà des apparences pour trouver la vérité d'un peuple.

Là bas , on ne trouvera pas de villages de vacances formatés sur la langueur des plages, pas d'hôtels hors du contexte de la réalité quotidienne des gens, pas même de bus vraiment confortables ! (encore que cela vienne peu à peu, pour un meilleur confort des togolais qui voyagent énormément d'un bout à l'autre de leur petit pays à taille humaine, comme on dit) .

Là bas on  va à la rencontre des gens avec le coeur... pas avec l'espoir du pittoresque; avec le respect ... pas avec un appareil photo vissé sur l'oeil; avec l'écoute attentive ... pas avec la certitude de tout connaitre d'un mystère qui se dévoilera peu à peu ...
mais l'on se trouve récompensés, sans même l'avoir cherché, par la beauté des paysages, le sourire gratuit des enfants, la chaleur des conversations , la nourriture délicieuse des mamans sur l'étal des marchés, les fêtes, la culture, et la gentillesse omniprésente.

voici deux photos pour commencer (il y en a plein d'autres dans les albums)
je parlerai par la suite plus précisément du contexte géographique et historique du pays, des togolais eux même, et de leurs espérances (à suivre donc)


fête Kotokoli des couteaux et des cavaliers à SOKODE


Poème du soir à Sokodé


la langue je ne la comprends pas
perdue comme je veux
dans le temps autrement
délibérément étrangère

mots effacés que je regarde
avec les sens, les impressions, les intuitions
d’un langage qui ne se lit
ni de gauche à droite, ni de haut en bas
mais au fond inconnu des sentiments voilés
et vit dans un ailleurs
qui a touché le ciel et la saveur du soir

 

oh, se perdre sans rien savoir
mais vivre  les mondes incertains
qu’on ne possèdera jamais

image contrariée du bonheur facile

connaissance trouvée qui se tait
et sait aimer le silence en silence
dans le regard en fuite
 
le doux chant du muezzin
les filles aux yeux brillants parées pour des noces futures
les puits, les feux paisibles, les rivières et les chemins de terre
parlant de l’enfant que je fus
je les aime et je peux les nommer



la montagne de Pagouda en pays Kabyè


Poème de la montagne de Tchitchao

couronne du bois sacré
contre l’arche grise des nuages
arbres en cheveux dévalant
la courbe luisante des maïs

le coupe-coupe dans la branche
l’arrachement du cœur meurtri
par les pluies en bouillon
que des adolescents cadencent

sous le vert éclate la parole
des morts annoncés

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans en retour
commenter cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher