Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 18:32

on me dira peut être, pourquoi ne pas donner à chacun de quoi manger à sa faim... et pour le reste on verrait ensuite ?

j'ai écrit ce livre pour dire cela, que la faim qui torture le miséreux n'est pas que la faim elle même mais l'espace réduit où s'enlise sa dignité de penser son destin quand la faim le contraint à n'être qu'un ventre sans oreilles

mes jeunes amis savaient dire cela avec beaucoup de grâce, et de remords ! 

mais que pouvais je y faire ? je ne suis ni cultivatrice , ni ingénieur agonome ... et puis de la nourriture il y en a, potentiellement, assez pour nourrir le pays ou la terre entière, ce qui manque sont les moyens de pression pour obtenir justice, ce qui est baillonné c'est la parole qui exigerait son dû au lieu du regard qui se tait

 

j'ai découvert en rentrant au bout de quelques années, qu'un pédagogue brésilien dont j'ai déjà parlé - Paulo Freire - avait construit une pédagogie des opprimés sur la question de l'éducation à l'autonomie et à l'émancipation, et que cela passait toujours par l'accès à l'écriture afin de devenir enfin, "auteur de sa vie"

la pratique artistique que nous avons, avec notre association, proposée et croisée avec d'autres pratiques dans le cadre des chantiers à Kara, n'avait pas d'autre objet :

 

" .../ Car ce que j'écris est aussi un peu le miroir de ce qui m’a été donné, oui, c'est un miroir, une réponse, et en même temps une démarche. Le fait que je me sois mise à écrire ce texte, comme je l'ai dit, je le fais pour moi, je le fais pour eux, mes jeunes amis, je le fais pour d'autres, mais c’est un acte qui répond aussi à d'autres actes dans la pédagogie que nous avons mise en place ensemble : une pédagogie de l'écriture, cette écriture qui permet de devenir auteur de son avenir. Par l'écriture et non seulement par le savoir."

(entretiens avec P.Taylor - 2006)

 

Sur Paolo Freire :

 

Paulo Freire était lui-même un homme de contradiction, exactement comme sa pédagogie qui est une pédagogie de contradiction. "Laissez-moi vivre mes contradictions", disait-il. Il est donc peut-être inévitable que nous aussi serons conscients de nos contradictions, ici et maintenant, dans les rapports entre nous, dans ce lieu chaleureux, dans la forte et réelle convivialité de nos échanges, parce que nous ne sommes là que pour explorer, à notre façon, la ou les pédagogies des opprimés.

Ecouter les gens opprimés, ceux qui habitent la culture du silence, c'est écouter la voix de la souffrance, écouter les gens exclus et méprisés; c'est trouver le regard de ceux qui ont été rendus invisibles; c'est reconnaître ceux qui, par leur passé ou par leur présent, ont une connaissance d'oppression de première main, mais pour l'avenir n'ont que des rêves d'occasion....

 

J'insiste sur la notion que la pédagogie des opprimés est une pédagogie poétique de l'écriture et non pas principalement une pédagogie de la lecture.

Et ceci pour une raison fondamentale: on ne libère pas par la lecture. Les gens illettrés sont un problème moins parce qu'ils ne savent pas lire mais parce que, en tant qu'illettrés, ils ne sont pas gouvernables. Pour être gouvernable, il faut que tu saches lire. Parce que, moi, j'ai des choses à te dire. C'est seulement quand tu sais écrire que moi, il faut que je lise ce que tu as à dire. C'est en devenant auteur, écrivain que l'on commence à écrire le monde. On adresse le monde: on s'adresse au monde, on redresse le monde. Je me méfie alors beaucoup des programmes contre l'illettrisme ou l'analphabétisme qui se contentent seulement d'aider les gens à lire. Ils risquent de former des individus qui ne savent que 'lire les instructions'. Un tel projet éducatif d'alphabétisation est plutôt un projet politique d'apprivoisement.

Quand Freire insiste sur le fait que nous sommes des êtres historiques, des gens qui font leur propre histoire, c'est cela qu'il veut dire. Il y a une différence importante en jeu, entre le je qui dit "je lis" et le je qui dit "j'écris" . Le concept et la pratique même de dialogue n'a du sens qu'entre deux je-écrivains.../

 

Paul Taylor - conférence à Evora http://www.barbier-rd.nom.fr/pedagocaresse.html


Partager cet article

publié par d.dieterlé .- p.taylor - dans chroniques
commenter cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher