Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 22:37
rouge fut la poussière que j'ai d'abord mâchée, ensuite apprivoisée, ce choc premièrement visible quand je descendais d'un avion à Lomé

après, il y eut mes pieds que les enfants teignaient de "lali" (henné) pour faire rire les passants qui me disaient: " maman ! tu te cherches un mari ?"

et j'ai vu, j'ai touché, le corps noir saigné à blanc, le fleuve d'Afrique, le fleuve de sang que je murmurais autrefois sans savoir, avec les mots de René Depestre, 

et puis les mots rougis de tous les peuples cadenassés,
de toutes les barricades, de toutes les tortures, de toutes les armées

la vieille amie qui pleurait en écoutant "le chiffon rouge",
la voix de Ferré clamant son Aragon

mais c'est en caressant la rouille sur la gueule d'un canon
que j'ai su mon vrai rouge,
celui du soir tombant et des nuits de mars où j'avais perdu mes marques
où j'avais enterré les armes, où j'avais tari mes larmes
où j'avais laissé la terre ramener le métal à sa source
et le corps, un autre jour, à sa poussière de latérite et de chair vive
pour boire au souffle d'un grand pavillon où nichait un rouge gorge
un rouge cœur tout emmêlé de rouille et de mystère
d'où coulait un vin noir dans la blessure du ciel


Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher