Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 16:49

c'est un mot qui revient sans qu'on sache de quelles éraflures d'enfance dont le respect du prétendu supérieur égratignait nos pensées, nos trépignements

un petit mot joyeux qui faisait exister le moi et sa cohorte de silence, un mot jaune comme un rire contraint qui justifiait la mise en coin de la punie et du verbe moqueur

un regard effronté qui tenait haute la dragée quand il fallait baisser devant le rien du tout des amertumes

 

j'ai gardé ce mot en réserve pour des temps où chacun continue, ça et là, à se faire regarder de haut, à se faire envoyer aux fraises, à se faire mettre à genoux par le savant ou le puissant.

Parce qu'on est une femme, une vieille, une jeune, une pas éduquée, ou mal  éduquée

une, ou un, pas riche, pas connu, pas costaud, pas beau, pas malin

parce qu'on a du bagout, ou pas du tout

parce qu'on veut des explications, ou qu'on s'en fout

parce qu'on n'a rien pigé, ou au contraire trop bien compris

 

le latin insolentia se traduit par "inexpérience, étrangeté, caractère insolite"

c'est la langue française qui condamne cette marginalité du savoir ou du comportement, et la transforme selon les dictionnaires en "arrogance, hardiesse, insulte, orgueil, manque de respect de la part d'une personne inférieure ou considérée comme telle" (sic)

ainsi l'usage voudrait-il départir l'insolence de son humour corrosif et de sa bizarrerie qui refuse obédience au premier venu portant beau, à la pensée dominante, au formatage des corps et des têtes

qui dit, comme le vieux Montaigne " Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul"

 

donc. Soyons insolents

non méprisants, non insultants, non blasés

 à l'envi répétons combien "le roi est nu"

même si c'est moi la reine,

ça me fera les pieds


ah! soyons insolites ! plus encore.

 

fete_des_epouvantails_CC2006

 

avant d'écrire ceci, je cherchais sur Internet des images correspondantes à "insolence"

il n'y avait que pub, et pub encore, pour un parfum très cher

qu'un cadre dévoyé pour récupérer la saveur et l'épaisseur des mots, et ne laisser qu'une trace imprécise, qui se monnaye et disparait

je pose sans vergogne, et mon inexpérience et mon étrangeté et ma tête insolite qui disent une vérité, nue

sans me croire nombril, mais tout juste habitante d'un espace que je voudrais égalitaire, divers, tolérant

dans la parfaite innocence de ma belle insolence


j'ai retrouvé ce bois peint ( qui n'est pas mon oeuvre) et le pied de nez qu'il semble faire à nos certitudes sans bavures

et moi je bave, et bave encore

je ne sais pas pourquoi

même si ça ne se fait pas

et j'y rajoute une langue, ah oui messieurs !


Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans chroniques
commenter cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher