Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 16:51

La vieille femme a dit : merci, fils de m'avoir si bien remplie

Pendant que moi je suppliais: ne nourrissez pas , s'il vous plait, la bête de l'Intérieur

L'Intérieur raconte le pied sur lequel on a commencé à danser

Remplir - ou vider - taper en cadence pour faire sortir l'encombrement ou - bourrer un espace sans fond que le temps ne retiendra pas, de toute façon.

De quel coté avons nous commencé le pas de deux ?

Femme : destinée au plein ? Homme: consacré au vide?

Ah, laissez moi cracher les simples vérités, ai-je encore crié, tandis que la vieille femme sans mémoire souriait, et plus elle semblait claire, plus je vomissais et la bête, et l'Intérieur, parcourue d'eau salée, humide et rosée de froideurs printanières, balayée de vents sans accrocs

Qui pense à l'Intérieur comme vide inconséquent ne finira pas de s'apesantir, mais ne sera ni terre, ni sable, ni roche

Rien que le mensonge d'une fertilité recomposée, toujours inutile, éreintée de promesses

Tandis qu'un autre restera droit de transparence et de refus : pas de richesse, pas de matin vorace, pas d'entonnoir pour forcer le gavage

Néant d'un corps écorce, d'où suinte alors parfois,

Une faible laitance, une gomme de mots silencieux, une larme unique

Et désolée

 

 

jarres

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher