Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 13:45

je faisais, il y a peu, l'éloge d'une insolence aussi nécessaire que combattive, dans un espace où nous ne saurions plier sans nous vendre, ou nous rendre

les mots insolence et impertinence se trouvent donc souvent réunis dans une proche signification qui les assimilent à l'arrogance.

Le caractère de ce qui est im-pertinent, donc non-pertinent échappe, pour moi à cette logique établie par les grands littérateurs pour les petits élèves de la classe populaire.

est "non pertinent" ce qui n'est pas en cohérence avec son objet, en adéquation avec le sens, le moment, le contexte, ou , précisément la logique de celui à qui l'on s'adresse

 

je veux bien me targuer de mon insolence qui fait la nique aux imbus de leur puissance.

pourtant j'ai longtemps été la proie de cette absence de pertinence qui fait dire au mauvais moment, la mauvaise chose, à la mauvaise personne

il a bien fallu grandir  pour sortir de cette sauvagerie de l'expression qui se confronte plus souvent à des gens qui ne peuvent y répondre, ou que cela blesse inutilement.

l'affirmation des convictions, la lutte pour la justice sociale, la fermeté sur les valeurs ne peuvent pas vaincre par le mépris ou le refus d'entendre

certains des camarades engagés que je rencontre parfois perçoivent cette attitude comme un héritage judeo-chrétien, ce qu'elle n'est pas sans aucun doute, car, si judeo-chrétienne je fus éduquée, ce ne fut  jamais dans le souci de l'écoute et de la tolérance, mais bien plutôt l'impertinence de la conversion forcée !

Comme toutes les chapelles le montrent à l'envi, c'est cette impertinence là, celle du refus de voir un autre que soi, d'entendre une autre cervelle que la sienne, qui fait le lit de l'arrogance.

 

il faudrait bien, dans la pertinence d'une attention réelle au monde et aux pensées, chercher seulement le regard, ou la parole nue, ou, comme je le disais hier, le silence...


se taire un moment

quand le vent l'a décidé

et ne jamais couler



P1000128.jpg

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans chroniques
commenter cet article

commentaires

Roland Debuysscher 21/08/2013 18:23

De mon point de vue, l’impertinence est souvent pertinente.
Roland Debuysscher


IMPERTINENT, ENTE adj. (1327) au bas latin impertinens “sans rapport avec”, préfixé en im- de pertinens. Repris comme terme de procédure avec l’acception de “qui ne se rapporte pas à la cause”, de
nos jours archaïque, le mot qualifie dans la langue didactique ce qui est sans rapport avec le propos (1370). Il est alors l’antonyme de pertinent, mais cet emploi est marqué par rapport à l’usage
courant. — Par extension, l’adjectif a pris la valeur caractérisée d’”inconvenant, malséant” (apr. 1450), laquelle triomphera de celle d’”extravagant, absurde”, en usage au XVIe s. (1564,
Rabelais). Le mot, qui se rapporte aussi à une personne (1559) agissant hors de propos, glisse progressivement vers l’idée d’une attitude d’insolence volontaire (1660) et d’irrespect revendiqué
(1707). ◊ Le langage didactique a repris le mot au sens intellectuel de “non pertinent” (mil. XXe s.), sous l’influence de l’anglais irrelevant et en relation avec les emplois didactiques de
pertinent et d’impertinent, ce dernier souvent remplacé par non pertinent (ci-dessus).
(Le Robert - Dictionnaire historique de la langue française - sous la direction de Alain Rey)

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher