Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2022 5 30 /12 /décembre /2022 23:14

L'éditorial rédigé par moi, sur le thème "Mains, outils, matières"

La poésie est-elle un art, un artisanat, un travail ou une inspiration déraisonnable ?

Rares sont les poètes, même issus de modeste origine, qui vécurent, ou vivent encore de leur seule pratique poétique. Beaucoup ont eu une vie nécessaire à côté de l’écriture. Cependant peu d’entre eux furent ouvriers, artisans ou paysans.

Pourtant les mots ne seraient-ils pas une matière ? Matière à travailler, à attendrir, à ajuster, à forger, à creuser, ainsi que le fait celui qui travaille de ses mains ? La poésie autorise les mots à s’accorder bien en dehors du sens, de la nécessité ou de la seule pédagogie, en ce sens, elle est un espace d’imagination  qui permet tous les assemblages. Mais si le poème peut avoir cet impact déchirant sur nos émotions, sur nos rumeurs secrètes, cela ne vient-il pas de ce que nous sentons que ces mots-matière ne sont pas nés d’un pur hasard, qu’ils ont été le moment unique d’un contact entre la main qui écrit, le projet qu’elle dessine, et l’ouvrage que le poète tresse comme un fil chatoyant reliant ceux qui le lisent?

Parfois même, la poésie met au jour ce lien quasi charnel entre les objets, les travaux, les réalisations concrètes façonnées par nécessité matérielle, et ceux qui les élaborent. Certains poètes ont connu ces travaux, d’autres ont regardé avec humanité ceux qui les accomplissaient, souvent cachés, souvent obscurs, parfois même invisibles.

La poésie peut s’emparer de ce qu’elle veut. Sa mission est d’ouvrir les portes, de permettre l’illumination du réel, de rapprocher ce qui semble étranger, de nous apprendre à voir ce qui ne se voit pas. Elle transfigure le monde, avec l’outil des mots, avec la main qui les écrit. Elle fait de son élève un ouvrier du verbe, et l’appelle à débarrasser sa vie de la poussière morte et du prêt-à-penser.

 

Gazette poétique n°3 (Rosporden )

Partager cet article

30 décembre 2022 5 30 /12 /décembre /2022 21:54
Ça sent le pain d'épices, ça brille un peu dehors.
Mais ...
On se sent partagé, pas seulement avec les absents, mais partagé en mille morceaux. En mille petites lumières dont certaines s'éteignent peu à peu. En mille mots qui ne franchissent pas les lèvres, parce que ...
En mille vagues chahutées des noirceurs tout autour. En mille et en millions qu'on voudrait bien croire frères, et qui ne savent pas ...
En mille matins qui reviendront quand même.
En mille bonsoirs qui cherchent la musique.
Je ne crois rien. Je n'attends rien.
Je parle au soir tombant
Et je vous l'espère doux comme ce parfum de gâteau qui ondule entre mes lettres... comme la chaleur du jour qui revient de l'Afrique où je ne serai pas.
On dirait Noël ?

Partager cet article

12 mars 2022 6 12 /03 /mars /2022 14:28

la masure ruinée qui nous cadre n'est pas une masure

c'est la grange qui abrite nos vacances

ça n'empêche pas l'élégance - dit ma mère - qui nous gante et chapeaute de frais pour le dimanche à l'église du village, puis le repas à "l’hôtel du cheval blanc"

c'est le mois d'août 1955, il ressemble à ceux qui ont précédé, et croyons-nous, à tous ceux qui suivront

les maisons s'écroulent, disparaissent, comme toutes les maisons, comme le temps qui reste inscrit dans les images glacées dont on ne sait rien lire

juste fermer les yeux, juste l'odeur d'herbe sèche, la paille des matelas, la flamme vacillante du pétrole, qui tordent le passé, qui ne jouent pas les garde-fous

c'est un petit chapeau qui coiffe des souvenirs et s'enfuit en baillant car, après tout,

il ne sert plus à rien

depuis longtemps

1955

1955

1974

1974

Google map. Le champ est vide

Google map. Le champ est vide

Partager cet article

3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 11:29

je dis Fleuve, Majuscule, je dis rêve embarqué sur un temps qui se fait déjà loin

je dis qu'il faut aimer le monde, tout le monde, avant de le connaître

je dis que la mère des fleuves est mère et profondeur du rêve

je dis que mon désir s'est aliéné avec le monde fou, puis s'est lavé, quelquefois, de ses bruyantes salissures

et qu'il m'a transporté sur les eaux, les racines, les insectes fouisseurs

le creusement et l'offrande,

de ce petit bateau qui s'écoulait, tranquille

sur le Fleuve Amazone

de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)

de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)

Partager cet article

10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 17:12

J'ai toujours aimé l'automne des villes, cette complémentarité du naturel et de l'artifice, des rousseurs humides et du bleu verre

"Je voulais contempler ma ville d’un œil moins usé. Avec les mots de Georges Perec, qui appartiennent à tous. Avec un simple téléphone comme chacun en possède un pour capter les images. Ne pas faire œuvre photographique, ou poétique. Avoir le regard simple et chuchotant de celle qui avance. Le profil bas comme on dit, de qui sait peu de choses et marche sans relâche vers ses apprentissages"

Le reportage réalisé à cette occasion est accessible en cliquant ici sur CALAMEO

Bonne balade !

 

Un tour de Paris par le GR 75

Partager cet article

14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 09:34

* Si tu marches longtemps, ne crains pas la poussière

* Le vent riait, il amena tes pas l'un après l'autre. La liberté du solide fut offerte. La terre était joueuse

* D'abord, il fallut se nouer dans la foule qui marchait sans savoir. Le ciel était profond. Ta colère a brûlé et couvert les abîmes

* Tu étais seule, tu as cherché le temps. La rumeur d'un fleuve appelait sur la terre étrangère. Rien n'avait de limite

* Tu t'es retournée, le chemin était lourd. Plus de repères, plus de saisons. La poussière avait changé de peau

* Tu ne reviendras pas de la soif. Et des nuages. Il reste un peu de sable pendu à l'horizon.

* Il te reste tes pieds. Alors...

 

Si tu marches longtemps

Partager cet article

25 septembre 2021 6 25 /09 /septembre /2021 09:42

De quelle obscure familiarité se sent-on habitée lorsqu'on déchire le voile des univers parallèles et des artistes imaginaires ?

De quel réconfort soudain se sent-on envahie lorsque les formes tout à coup vous caressent, vous interrogent, et vous rassurent étrangement, tant sur votre faiblesse que sur la certitude qu'aucun monstre de fer et de cuir ne sera jamais aussi démoniaque que l'humain lui même ? 

J'ai habité l'antre des monstres et n'y ai entendu que des chuchotements fertiles, n'y ai vu que des rêves  enfouis, n'y ai trouvé que des échappatoires nécessaires, n'y ai touché que des berceaux de nuit où le jour n'avait pas encore de nom.

Tous les obstacles cèdent à l'émotion, tous les contraires deviennent possibles. On veut demeurer dans la noirceur des cryptes, dans la musique viscérale qu'un cliquetis fantôme rend à sa vraie nature. La paix des songes véritables, débarrassés de la peur du réel, débarrassés des hurlements productivistes et destructeurs. Le retour à l'éternité.

Ce jour-là j'entrais dans l'intime création et la trouvais plus belle encore : l'huile des mondes parallèles consolait de la terre, le crâne s'envolait à l'écart des épaules. Il y trouvait une place. 

 

le Naïa Museum, musée des arts de l'Imaginaire, est installé depuis 2015 dans le chateau de Rochefort-en-Terre (56)
le Naïa Museum, musée des arts de l'Imaginaire, est installé depuis 2015 dans le chateau de Rochefort-en-Terre (56)
le Naïa Museum, musée des arts de l'Imaginaire, est installé depuis 2015 dans le chateau de Rochefort-en-Terre (56)
le Naïa Museum, musée des arts de l'Imaginaire, est installé depuis 2015 dans le chateau de Rochefort-en-Terre (56)

le Naïa Museum, musée des arts de l'Imaginaire, est installé depuis 2015 dans le chateau de Rochefort-en-Terre (56)

NAÏA MUSEUM

Partager cet article

22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 15:00

Fleuves, rivières, sources, rias, ruisseaux, on ne se lasse pas de les suivre, d'en découvrir un sens qui soit à sa portée, qui n'écrase pas, ne défie pas, convient à l'âge et aux pensées secrètes, non sans surprises, non sans tourbillons, mais constamment accessible. Ah! la constance des fleuves : ils nous mènent toujours en des lieux d'humaine résidence et de rencontres. Ils tracent et modèlent depuis des millénaires. Je les aime, et retrouve avec le même bonheur leur parfum de roseaux et leurs cailloux dorés.

D'autres rivières

Voici le Doubs, noir de galets polis et de mousses ardentes, en fil, en nappes, ou lac brisé sur de mourants écueils

Douce gorge de pierre, qui culbute en silence les mots inconnus de l'origine. La langue coule et s'infiltre en brumes éclatées.

Il pleut, il gèle, parfois, il fume de vapeurs salées sur la rigole sèche du temps sauvage.

D'où viennent sa course anguleuse et ses détours pensifs ?

On ne sait rien du trou de roche oublié des regards. On ne sait rien des fleuves, des origines, des méandres.

On voit se perdre les eaux. On voit naître la chute. Ou bien mourir ce cœur usé qui n'a plus peur du vide.

de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges
de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges

de la source au Chatelard, en passant par Mouthe, le Lac de St Point, Grand Combes, Morteau, Villers le lac, le saut du Doubs et les Gorges

Partager cet article

28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 13:44

Il arrive, souvent, d'oublier : un nom, un lieu, un air de musique, un livre autrefois lu. Il semble parfois que ce qu'on n'oublie le moins tient aux sens les plus primitifs: odorat, gout, sonorité (et non mélodie)... Ressenti profond surgissant contre toute attente : j'ai déjà éprouvé, déjà entendu, je suis déjà venue..? Tout est enfoui. Tout est là. Qu'on s'en souvienne ou non n'est pas l'essentiel.

Mais il faut parler d'une autre mémoire, reconstituée, réinventée qui pourrait soutenir tel projet de "Mémoires" ou le désir de les écrire. Magnifier le mensonge et l'erreur de la reconstitution par le chemin de l'écrit qui, toujours, s'éloigne du vrai, du vécu.

Par le jeu du retour effectif sur un passé révolu - revenir à tel endroit, revoir tel film, rencontrer quelqu'un qu'on avait oublié, ou presque - arrive alors une étrange confrontation avec soi-même, avec ses souvenirs, avec sa mémoire assumée dont on se croyait certaine de la fiabilité et qui tourne au désastre et à l'incompréhension. Je ne suis jamais allée ici, où j'avais la certitude de mon passage, j'ai oublié et transformé la fin d'un récit, d'un film, d'une histoire lue ou entendue, j'ai fait erreur sur la personne, inventé, reconstruit, clamé une vérité qui s'effondre une fois la preuve en main!

On ne cible pas ici une faiblesse de l'acte de "mémorisation" qui serait due à la défaillance de l'imprimante cérébrale. Ce dont on parle est arrivé, il y a longtemps, on en est sûr, quand la mémoire était vaillante... et la tête l'a ré-écrit comme elle l'entendait.

Alors, quel témoignage mérite de figurer dans mon histoire? J'ai vu ceci, ou j'ai cru le voir, mon œil a recadré, en photographe diligent, cette image, cette scène unique et signifiante et, face aux preuves indubitables, se trouve absolument désemparé, se referme sans gloire dans la noirceur d'un récit surfait et mensonger.

Quel crédit accorder à ces souvenirs, ces affirmations, ces relations d'évènements tronqués et délirants, à l'incertitude qui brusquement envahit ce qui fut, ce qui fut moi, ce qui fut ma vie ? Le projet d'écriture du passé recomposé s'en trouverait vacillant dès le premier mot sur son socle de marbre attaqué par l'acide du passage temporel.

Quel crédit à toute histoire, à l'Histoire même qui prétend exposer ce qui a été vécu, parfois oublié, puis rétabli. A ce que , surtout, l'on n'a PAS VU, PAS ÉCOUTÉ alors que c'était à portée, juste devant le regard, juste à portée des oreilles qui, avant même d'enregistrer, se tournaient ailleurs et composaient le paysage et le texte et le film d'une autre vie qui n'a jamais été ?

Nous sommes fait de l'étoffe des songes, disait le grand William, comment acceptons- nous que ce rêve soit immiscé jusque dans nos souvenirs les plus marquants, les plus sincères, les plus explicites ?

Mémoire-Mémoires

Partager cet article

6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 15:27

Mes cinq images de 2020... pour beaucoup, année terrible : malades et leur famille, personnels médicaux, saltimbanques et restaus, qui nourrissent l'esprit et le corps, et tous ceux qui ont eu à souffrir dans leur chair, leur affect, leurs activités. Moi, retraitée en bonne santé je n'ai pas (encore) de raison de me plaindre à titre perso, mais peut-on avoir l'esprit léger et le cœur sec quand, autour de nous, tant de gens voient s'écrouler leur monde ? Alors quand même ose-t-on se dire : Bonne Année ?

5 x 2020

Mai 2020, juste à la fin du premier confinement. Les petits enfants à la plage, le kilomètre dépassé, l'espoir après le K.O. Mon pays d'adoption (la Bretagne) offre sa beauté lumineuse à nos appétits d'espace... L'air est toujours grand quand il arrive après l'enfermement.

5 x 2020

Beaucoup de manifs cette année, beaucoup de protestations sur tous les fronts ... La politique n'est pas la guerre, mais demeure un combat, quoiqu'on veuille nous faire croire. Parce que nous vivons en démocratie (quelle chance !) on nous doit une gouvernance équitable, juste, transparente. Nous avons, non seulement le droit, mais le devoir de demander des comptes. Le pays n'appartient pas aux élus, la Sécurité sociale n'appartient pas à l’État, ni nos retraites, ni nos hôpitaux. Les gouvernants sont nos obligés, la police est payée avec nos impôts. La majorité n'est pas la totalité. Nous sommes un peuple, pas un troupeau !

5 x 2020

Pas de voyages donc. Bon, il y a pire comme punition... et  puis les voyages ça pollue, non ? Oui, mais la rencontre avec l'autre? Oui, mais la beauté du monde? Oui, mais la curiosité exploratoire pour la Culture et la Nature? Alors je reviens vers Paris, mon lieu de naissance où quelque chose toujours est à découvrir en dépit de la proximité. J'ai de la chance, je suis née dans la plus belle ville du monde ! L'automne a encore magnifié mon Octobre baladeur.

5 x 2020

Petite BD de Geluck qui résume une part de mon agacement, (je le dis avec modération) face à l'irruption constante des problèmes liés aux religions dans notre société laïque... les croyants ont le droit de croire - chacun son autel, chacun sa chapelle - mais on aimerait que ces sujets n'interviennent pas constamment dans le champ des politiques, des jugements, des évènements. Et mon agacement se mue en colère lorsque je constate que les lieux de culte sont à nouveau autorisés, et que les lieux de culture restent interdits !

5 x 2020

C'est une année où la Mort nous a accompagnés, liée à sa complice la Peur, et à ces images désespérantes qui nous coupaient le souffle. Cette irruption ne pourrait-elle, pourtant, être salutaire pour l'Esprit qui s'éloigne trop souvent de toute réflexion philosophique, si prompt à faire l'impasse sur ce qui dérange vraiment, ou qui ne dérange plus : les guerres, les migrations, les maladies non soignées faute de moyens, les féminicides, la violence exacerbée de l'Humanité etc... Je ne connaissais pas les Catacombes de Paris. J'ai trouvé apaisant ce dialogue avec ces morts lointains qui dorment tranquilles et nous redisent qu'il est temps de prendre le temps. Temps d'être vivants ensemble ?

Partager cet article

21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 14:25

Plus de vingt ans après avoir écrit une courte pièce de théâtre appelée "7 jours d'Icare", je retrouve le mythe à l'occasion de 3 linogravures qui m'ont conduit là où je ne pensais plus aller.

Sur une base d'aquarelle, ces trois linos ont été tirées à 6 exemplaires chacune...  et sans trop l'avoir cherché c'est le thème qui s'est imposé à moi ..

Quelqu'un d'intéressé peut, s'il le désire, trouver le texte de cette pièce sur une page de ce blog

le vol d'Icare

le vol d'Icare

L'arbre-labyrinthe

L'arbre-labyrinthe

La femme sans mémoire

La femme sans mémoire

Partager cet article

10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 16:29

on ne sait si ce sont les mots répétés dans le tourbillon des pluies, tout en même temps que le dehors impraticable, le confiné, disent-ils, l'attente de l'implosion ou le refus de la patience

on ne sait ce qui rend le monde si étroit

on cherche en vain le vaste, où ne se trouve que le dévasté

on veut, on voudrait, on s'en excuse, les mots ne suffisent plus, il faut de l'air

ou bien alors chanter ce qui se dérobe en ricanant

on cherche le voleur, on ne le trouve pas

partir, dit-on, encore plus faiblement

mais où? demande la raison

car la raison s'en fout. Elle veut, elle exige

un regain de lumière, un espace au bout de la voix

 

bientôt

Partager cet article

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Chroniques, poésies, photos, créations pour illustrer mes voyages, mes rencontres avec les humains solidaires, avec l'Art et les cultures, ici et partout ailleurs. Livres parus à ce jour : "lettres d'Anisara aux enfants du Togo" (Harmattan), "Villes d'Afrique" et "Voyager entre les lignes" (Ed. Le Chien du Vent)
  • Contact

Rechercher

Catégories