Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 23:35

Pour ceux qui ne le savent pas, l'Harmattan est un vent extrêmement sec et chaud qui souffle entre les pluies de mousson et du temps très chaud, très sec et pas venté du tout
la saison de l'Harmattan au Togo correspond à peu près à notre hiver, c'est une saison que je ne connais pas (encore)...
Pourquoi parler de cela ?
l'Harmattan est aussi un éditeur (sec et ....??) de littérature et d'essais centrés principalement sur L'Afrique
On ne peut pas dire que les rapports avec leurs auteurs soient empreints d'une considération très tendre, peut être en est-il souvent ainsi dans ces milieux...
néanmoins on trouve à la librairie de l'Harmattan, 16 rue des écoles (Paris 5è), tout ce qui peut exister de plus improbable, de plus étonnant, et de plus rare sur l'Afrique, ça peut donc valoir le coup d'y faire un saut si l'on ne manque ni de temps, ni de courage
on pourrait dire que cet hommage de ma part est pour le moins mitigé, mais il était nécessaire et honnête d'y faire référence ... après tout c'est mon éditeur, et il m'a offert une chance en faisant paraitre mon bouquin dans la collection "études africaines" qui présente un catalogue intéressant et dont la ligne éditoriale (voir ci dessous) est a priori séduisante, et correspond bien, a posteriori, à mon projet d'écriture ...
alors , merci à eux

... pour se faire plaisir, auparavant, une photo de saison sèche : la poussière est due aux danseurs et non au vent !



Etudes africaines
Directeurs(trice) de collection : François Manga-Akoa, Denis Pryen

La collection Etudes africaines (Interdépendance africaine) est ouverte à toute personne désireuse de participer intellectuellement à la transparence de l'information circulant sur l'Afrique. Oeuvrer pour la paix, la sécurité et le bien-être des populations les moins privilégiées et sans voix ne peut se faire sans soutenir la pensée critique et alternative sur l'Afrique.

Dans un monde de plus en plus interdépendant, les Africains doivent trouver dans cette collection des repères pour mieux se positionner dans un monde de compétition et de performance qui laisse, sur les bas-côtés, les faibles et ceux qui tardent à s'organiser collectivement. Dénoncer la "ventrologie", la non-transparence et l'impunité, c'est oeuvrer pour l'avènement d'une société de confiance. Les droits de l'homme, de l'enfant et de la femme dans une telle société, de conception universelle, la laïcité serviront de fondement à la préservation des libertés, et la religiosité ne pourra servir de justificatifs pour retarder, ou neutraliser, l'interdépendance des synergies fondatrices d'une Afrique interdépendante.

Il importe aussi de rendre les ouvrages accessibles au lecteur moyen vivant essentiellement dans les pays à revenu faible, dont plus de 500 millions d'Africains au sud du Sahara vivant avec moins de deux Euros par jour en 2002 et probablement plus de 618 millions en 2015.

Partager cet article

12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 11:11

un ami m'écrit il y a quelques jours à propos du livre :

"D’abord, avant de commencer, un sentiment un peu gêné, parce que je te connais, l’écrit c’est si intime, et comme en plus ce n’est pas une fiction.
Et puis, aussi, en commençant, parce que je lis des lettres que tu écris à d’autres gens, et je me retrouve voyeur de ta correspondance. Mais j’imagine que ça fait partie de ce qui sous tend cette écriture..."

il est donc ici question de cette "mise à nu" à laquelle on convie un jour des gens qui sont, ou ne sont pas, nos amis, que l'on connait, ou non, que ce soit sur les blogs, dans les pages des livres ou les poèmes qu'on glisse furtivement un jour dans la poche d'un  éditeur de revue
ou pas du tout furtivement au contraire, mais avec un sentiment (rayer la mention inutile) : - d'urgence - d'autosatisfation - de besoin de reconnaissance - de conscience de sa valeur - etc etc. 

encore que ce "besoin" de parution puisse s'accorder à n'importe quel type d'écrit, lorsque l'écrit en question met directement en prise son auteur et son histoire personnelle, le sentiment peut l'emporter chez le lecteur qu'on perd de vue l'objectif littéraire, ou la valeur du témoignage, pour se trouver confronté à un étalement gênant voire à un exhibitionnisme complaisant...

je ne peux pas réfuter cette impression qui est le privilège de l'appropriation du texte par son lecteur
je veux dire cependant que, curieusement , en tant que lectrice (un vieux fond de puritanisme catho dirons certains) m'insupporte le passage à l'intime dans les écrits publics

alors ?  encore une contradiction avouable ?
non !

je fais une grande différence ( mais cela n'engage que moi) entre mise à nu et exhibition, entre intime et personnel, entre témoignage et voyeurisme

en rendant le lecteur du livre témoin de mes écrits épistolaires je n'ai pas le sentiment de trahir qui que ce soit, car à la vérité les lettres réelles que j'ai écrit à ces mêmes personnes avaient un autre ton, en ce sens on est bien dans une sorte de fiction narrative, quoique je m'en défende : parce que ces lettres sont pour la plupart collectives, elles s'adressent à qui les reçoit et donc par un procédé peut être un peu trop "fictif" justement, à un lecteur qui n'en est pas le destinataire

enfin si je parle beaucoup de moi, je me place délibérément dans une perspective historique (croisement d'histoires comme il est dit quelque part) non d'histoires inventées mais de chemins, même réinventés, tracés dans un passé qui n'appartient pas seulement à moi, chargée d'une mémoire qui n'est pas ma seule mémoire.
en dehors de cela, on ne trouvera pas un mot, je crois, sur mon intimité vécue
je reste, de ce point de vue dans le personnel et non l'intime, comme je l'ai dit plus haut. J'y ai prêté une très grande attention, afin de ne pas franchir la limite que je m'étais autorisée, et que pouvaient m'autoriser tous ceux dont je parle !
respect de leur image que je ne veux pas impunément voler.

c'est la différence qu'il y aurait à se mettre très exactement nue devant des gens (dans mon métier de comédienne je l'ai fait sans aucune gêne), et à faire un strip tease devant un homme qu'on aime

la simple nudité est belle, que nous partageons tous si nous le voulons 
c'est le fond de notre humanité, et notre impossible tension vers l'absolue sincérité : nudité physique ou senti-mentale, je ne fais pas la différence.
si l'au delà de cette limite n'était pas réservée à quelques uns, cela s'appellerait prostitution !
et même par écrit, ce serait, pour moi, le comble de la vulgarité !

Partager cet article

29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 20:33
ceci est la conclusion d'un entretien que nous avons eu Paul Taylor ( mon "préfacier" ... voir article du 21 octobre), et moi avant la publication du livre.

dans notre esprit il était question d'accompagner le texte d'un ensemble de réflexions qui pouvaient ouvrir la voie à une pédagogie de la rencontre interculturelle.
ce projet arrivera peut être un jour à sa concrétisation, en attendant j'ai eu envie de faire partager l'aboutissement de cet échange :

Lorsqu’on travaille seul, il est difficile d’être conscient de la véritable distance à laquelle on regarde ce qu’on a créé. Le regard d’un autre que soi nous oblige à confronter à notre vision de l’intérieur, une autre vision très externe de l’objet qui n’en est pas moins porteuse de légitimité, de pertinence, et nous révèle bien des aspects plus ou moins explicites de nos représentations, et des mots que nous utilisons pour les décrire. En ce sens c’est déjà une approche féconde que celle de cette «double vue». En pratiquant cet exercice j’ai compris quelle correspondance cela pouvait avoir avec le sujet de cet écrit, qui est l’analyse affective et effective d’une rencontre avec l’étranger, donc par-là même cet étrange que je suis pour moi, et pour les autres.

Cela m’a également appris, entre autres choses, que j’acceptais en définitive d’assumer un rôle pédagogique, ou plus exactement un rôle de « passeur ». À condition toutefois d’interroger sans complaisance ma propre pratique. Et surtout de ne pas concevoir l’éducation comme la seule dispense de connaissances plus ou moins répertoriées, mais comme échange permanent de savoirs multiformes, multicolores, et parfois même tout à fait  inconnus des deux protagonistes en présence. Jusqu’à ce qu’ils s’aperçoivent qu’un tel savoir n’a pu naître que de « l’entre deux » et pas seulement par transmission de l’un à l’autre.
Ce que tu dis qu’il faut « inventer » dans la relation.


Ceci m’amène d’ailleurs à interroger le domaine des savoirs et des compétences, de ce que tu appelles parfois « saberes populares », qui englobent les apprentissages du cœur, de l’émotion,  des sentiments, des intuitions, des savoir-faire. C'est très réconfortant pour moi de sentir prise en compte ma façon de voir les choses, comme un savoir authentique, et non pas seulement comme une description vaguement poétique d’une réalité complexe. C’est justement parce que cette réalité est si complexe que nous avons besoin de tous ces savoirs-là, comme une multiplication d’images qui créent en fin de compte la vision 3D la plus complète possible de cette réalité.
 
Je dirais que pourtant, il ne suffit pas de connaître cette vision multiple d’un objet autre, pour le connaître exactement. Je discutais de cela avec un ami poète récemment, et il me disait de ne pas oublier que cet objet / autre - inanimé ou être humain - a lui aussi une vision de moi, qui fait donc partie intégrante de la connaissance ou du savoir que je peux appréhender de lui, et sur lui.
Cela rejoint tout ce que nous avons pu dire sur la construction d’une co-culturalité, qui est une multiplication des perspectives, en même temps qu’une parfaite reconnaissance de la subjectivité de chacun.
Ceci me donne à penser que pour construire ensemble de la transformation et de l’amélioration dans toute société, nous avons absolument besoin de rassembler, mais certainement pas d’uniformiser les modes de penser, d’être, de sentir.
Nous avons besoin de ressentir et d’exprimer à notre façon ce monde que nous sommes. Mais que ne nous possédons pas.
Ce monde est nous, il n’est pas à nous.


Si je privilégie l’action engendrée par la parole poétique, et par la pratique artistique, à mon sens, et en toute humilité, c’est en raison de cela : changer ses angles de visée, être soi-même à la fois le monde qu’on dit, et celui qui nous parle. Cela ne se fera pas sans y mettre l’intelligence du cœur, la sensibilité, l’amour. C’est le sentiment seul qui peut traverser l’épaisseur des étrangetés et des langages ignorés, pour aboutir à ces savoirs que nous n’avons pas encore découverts. Sur nous-mêmes et sur l’extérieur de nous-mêmes qui est aussi le monde, que nous le voulions ou pas. Cette approche poétique du monde, en ce sens, révèle le caché et obscurcit les évidences : c’est une façon très salutaire,  de mon point de vue, de travailler sur le réel.

Travailler avec des personnes issues d’autres traditions culturelles, est une immense richesse. Notre difficulté est que nous pouvons définir des objectifs communs en terme de politique, d’humanité, de morale, de société, mais que nous n’arrivons pas toujours à travers nos langages différents (je considère la culture, en soi, comme un langage symbolique) à recouvrir exactement les mêmes idées, perspectives, ou idéaux, ou les mêmes envies avec les mêmes mots.
Donc nous parlons de voix multiples, ou nous marchons sur des voies multiples.
Alors ce que nous apprenons ensemble, qu’est-ce que c’est ? J’appelle ça polyphonie, harmonie, orchestration. C’est cela qui est beau, non ? Et comment l’apprenons-nous ? Par la pratique, parce que nous faisons quelque chose en même temps. Sans être sûrs de réussir, en prenant les risques inhérents à toute entreprise nouvelle, en déroulant patiemment le fil de ces évidences sémantiques qui ne sont évidentes qu’à la pensée unique.


J'ai mis en ouverture du texte « Ani sara », cette phrase de Paolo Freire :  L’éducation est la pratique de la liberté. Aujourd’hui, je comprends mieux ce que cela implique. Il ne dit pas que l’éducation est l’apprentissage de la liberté, mais la pratique. La liberté n’est pas un don, une transmission ou un objet  pédagogique. Il faut la vivre, et ne pas la vivre seul. C’est peut être ce que j’ai essayé de faire, sans même en avoir eu conscience, au départ tout au moins, dans ce lointain village de Kara Sud en dépit des orages menaçants qui pèsent sur nos tentatives.

C’est peut-être ainsi que je bouclerai la boucle de mes découvertes.
J’ai écrit ce texte seule, mais je l’ai fait dans l’accompagnement constant d’autres, lointains, qui sont mes amis.

Je n’ai pas beaucoup parlé non plus des relations manquées, des nœuds indénouables, des conflits pas résolus. Il y en a eu bien sûr, et je suis certaine que cela m’a aussi appris bien plus que je ne le dis.
Si je n’en parle pas, ce n’est pas par optimisme excessif, ou tentation de falsification, mais avec la volonté de dégager en priorité les chemins où nous pourrons apprendre les uns des autres, les uns avec les autres, comment mettre en œuvre ce que nous espérons, et que nous ne parlons cependant pas de la même façon, malgré des mots identiques en apparence… Justice sociale ? Egalité ? Liberté ? Bonheur ? Fraternité ??? 




Je pense à cette curiosité géométrique qui s’appelle « ruban de Moebius », figure à double face qu’on parcourt d’un seul mouvement, qui n’est ni un cercle, ni un cylindre, ni une figure naturelle, sauf qu’elle existe sensiblement, tangiblement, par la réunion indivisible de surfaces qui sont deux et une à la fois, et dont on ne sait plus laquelle est à l’intérieur ou à l’extérieur de l’autre. Pour construire concrètement une telle figure, il faut cependant à un moment faire accomplir à la surface plane une ou plusieurs boucles, avant de la réunir à sa propre extrémité. Toute vraie rencontre pourrait ressembler à cela...

C’est une image qui peut sembler complexe, mais elle est pour moi poétique au sens que j’ai noté plus haut : c’est à dire symbolique de la connexion apparemment impossible, mais néanmoins effective, des différentes surfaces dont nous sommes constitués.  D’individu à individu, mais aussi en chacun pour lui-même, intérieur/ extérieur, et dans chaque rencontre inter–culturelle, inter–sociale, inter-nationale.

Je crois t’avoir entendu dire que « toute rencontre est profondément interculturelle »  garderons-nous cela pour la fin ?

Partager cet article

21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 16:29
on ne parle guère de celui/celle qui a eu la tâche de présenter le livre
pourtant le choix de celui/celle qui rédige cette préface est rarement anodin.

il/elle a souvent participé à l'élaboration du processus d'édition, pour avoir aimé le livre avant qu'il ne paraisse, pour avoir fait confiance à son auteur, pour l'avoir encouragé et soutenu quand c'était plus que nécessiare.

je rendrais donc cet hommage mérité à mon préfacier.

prof et chercheur à la fac de Rennes dans le domaine des sciences de l'éducation, il a accompagné pendant trois années une Recherche Action "Réinventer l'international" qui est aussi une des origines de ce bouquin, et dont je reparlerai par ailleurs.

parce qu'il connait l'Afrique dont je parle, parce qu'il sait ce que c'est qu'être à cheval sur plusieurs cultures en se ressentant parfois comme une sorte d'étrange étranger aux multiples attaches, il a compris ce que d'autres ne comprenaient pas au sein du groupe dont nous faisions partie. C'est cette évidence qui m'a amenée à lui demander de lire mon manuscrit, et c'est parce que cette évidence l'a touché qu'il a accepté de m'aider à le publier, et qu'il l'a préfacé.

il n'y a rien d'autre à dire : c'est le petit coup de pouce du destin qui doit quand même, un peu, à la lucidité qu'on a parfois de s'adresser aux bonnes personnes quand il le faut.

voici un extrait de cette préface de Paul Taylor qui explique également le titre du livre

/... Dans la confiance de cette rencontre vécue, Dominique Dieterlé partage ses réflexions avec des jeunes Togolais. Elle est, sans vouloir l’être, l’Ani Sara, la femme blanche. D’antan ce mot se référait aux colonisateurs qui, s’ils n’étaient pas militaires, étaient pour la plupart, médecins ou missionnaires. Dans plusieurs langues africaines, est appelé ‘Anisara,’ un Nararène, autrement dit, un chrétien, un disciple du prophète de Nazareth.

Dans ce livre, et dépourvu de ce sens religieux, l’Ani Sara connote les carrefours de familiarité et d’étrangeté où se construit cette rencontre; entre une femme, blanche, française, et des jeunes adultes, noirs, togolais; entre une langue coloniale récemment adoptée et des langues maternelles millénaires; entre un pays riche et celui qui est censé être ‘en voie de développement’; entre un monde forgé par les nouvelles technologies, la science et l’individualisme, et un autre monde plutôt communautaire, marqué par l’oralité, la tradition, et la sagesse./...


Peut-être toute rencontre humaine est interculturelle ?

Partager cet article

19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 20:22


 

Partager cet article

16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 13:19

bon, il ne s'agit pas de prôner la "bio-bio" pure et sans tâches qui s'opposerait à quelque chose de commodément trafiqué et plutôt flatteur

je ne dirai que la vérité mais pas toute la vérité (pas capable de faire étalage de mon intime intimité)
donc une bio "littéraire" , et avouable

 

à une exception près : en y réfléchissant bien, je me suis souvenue que la première chose que j'avais, comme on dit, couchée sur le papier, était une histoire que j'estimais, vers mes 12/13ans,  hautement érotique (je ne suis pas même sûre que je savais à cette époque comment exactement on faisait l'amour ...!)  et dont je cachais les feuillets à carreaux chiffonnés de transpiration coupable sous mon matelas.

première et dernière fois, mais peut être une sorte de verrou qui a sauté, faisant passer l'écrit de l'expression d'une scolarité imposée (l'ennuyeuse "rédaction") à celle de l'expression personnelle où l'écriture dit vraiment quelque chose d'urgent , ou tout au moins d'important.

j'ai commencé à aimer les cours de français à cette époque là
en même temps, j'ai découvert Baudelaire, et j'ai été saisie par la poésie (qui s'opposait d'un seul coup à la "récitation")


après j'ai déchiré mon premier texte

et j'ai écrit , écrit, des lettres, des poèmes, de la philo, des réflexions, mais plus de fiction
le monde était à mes pieds, l'écrire tel que je le sentais/pensais c'était m'en emparer, le partager, le faire jaillir, plus vrai que nature

on écrivait beaucoup de lettres à cette époque ! à part mes amis togolais, depuis combien de temps n'ai-je pas reçu par la poste une lettre écrite par quelqu'un qui "prend sa plume" ?

voici les noms des revues poétiques auxquelles j'ai collaborées ( j'en oublie peut être)
avant l'informatique il fallait savoir taper à la machine pour réaliser avec des amis lointains ces opuscules bancals dont la réalisation était déjà en soi toute une poésie

 

"Barbare" (Ghislain Ripault ... et les premiers textes d'Abdellatif Laabi), "mensuel 25" ( édité en Belgique), "Quimper est Poésie" (Jacky Essirard) , "Gros textes", et enfin "Trémalo" (Olivier Hobé), arrivé à l'ère de l'informatique, le luxe ! 


j'ai fait pas mal de travaux de commande ou de circonstances (notamment pour le spectacle vivant, ayant travaillé dans ce monde théâtral, et musical, durant 20 ans), traduit deux pièces de Shakespeare, gagné un voyage à la Nouvelle Orléans avec la seule nouvelle que j'ai jamais écrite, et c'est tout 

donc, on arrive au bout !

ou presque ...

mes voyages au Togo m'ont donné à penser qu'il faut s'engager ici pour  espérer que quelque chose change dans nos rapports avec l'Afrique, et d'autres encore
alors un engagement politique ne m'a pas paru être de trop !
ceci étant une autre histoire ...


ma bio imaginaire n'est pas une histoire, mais la mémoire rêvée, elle s'appelle "MEMOIRE D'INDIEN" justement, elle n'a jamais été publiée.


et l'Afrique ???
patience , on y reviendra bientôt

Partager cet article

15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 18:05

ça pourrait ressembler, de prime abord à une sorte de gloriole : utiliser cet outil pour se faire tranquillement et publiquement plaisir en parlant de cette chose qu'on a pu aboutir...

si je n'avais pas trouvé d'éditeur, je voulais tirer une vingtaine d'exemplaires d"anisara" et les déposer dans les cabines téléphoniques (quoique ... on ne téléphone plus beaucoup dans les cabines aujourd'hui) , ou sur les bancs publics (mais l'hiver venant ... ! ).

Je préfère avoir un éditeur, ça ne me rapporte rien - vu le tirage minuscule- , mais c'est une espèce de légitimité venue d'un regard professionnel qu'on ne rencontre qu'à travers des pages anonymes.

donc.
donc je parle de moi, mais à qui ?

voilà pourquoi ce bouquin s'était écrit sous forme de lettres, des lettres à des gens qui existent vraiment et à qui j'avais trop à dire.
voilà donc, pourquoi je ne sais pas raconter les histoires, et pourquoi j'aime mieux l'existence des sourires, des engueulades, des amours, des haines, ou de tout autre explosion aussi étonnante de l'humanité en route.. ou en déroute, selon les moments !

ça ne répond à aucune question

ils ne sont pas une oeuvre, ces quelques mots nés, non pas du "travail" comme j'en ai accompli un autour de mes "lettres" pendant des mois, mais de l'humeur du clavier sous mes doigts qui me déposent où il veulent.

je joins en page annexe un article que j'ai trouvé récemment dans une revue politique, et qui me donne au moins une bonne raison pour continuer, intitulé : perversification

demain je parlerai un peu de ma "bio"
... peut être en parlerai-je ???

 

mais au fond qu'on me réponde ou pas qu'est ce que ça changera ?

si si je vous assure, je vis comme ça, bien des jours je ne sais plus si je m'en fiche ou pas
sauf qu'il faut être libre
libre de te rencontrer, ou toi, ou toi, quelque part où tu t'en fous un peu aussi, parce que tu es légèrement blasé, ou blessé, mais parce qu'il est là le rire éclatant du paradoxe!

lorsqu'on n'attend rien de plus et qu'on se sait encore une fois, vivants !
et qu'on ne sait pas dire pourquoi.

alors , pourquoi pas ?

Partager cet article

14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 19:26
Ce blog est donc né en ces mois de septembre / octobre, dans une saison appelée "FALL" en anglo américain
un mot que j'aime particulièrement dans cette langue, en ce qu'il traduit l'ambiguïté de la maturité qui est parfois l'or des feuilles, parfois la chute dans l'abime, et plus souvent les deux à la fois.


Pourquoi cette entrée en matière et ce titre "lettres/anisara" ?

Parce que je suis dans la maturité évidente de mon âge mathématique, mais en même temps dans un moment joyeux qui est celui de la publication de ce premier livre dont le titre est précisément

" LETTRES D'ANI SARA AUX ENFANTS DU TOGO"...

A ce sujet , comme à bien d'autres je donnerai une place dans les jours à venir, au fil des saisons.

Je ne sais pas si j'écrirai un autre livre, il y faut plus bien plus qu'une nécessité...
mais la trouverai-je ? ou pas ?


En attendant, voici la couverture du livre ( recto et verso)
  

Ani Sara : « la blanche ». C’est ainsi que m’appelaient les enfants de Kara au Togo quand ils me voyaient passer dans la rue.
Ce renvoi à sa propre étrangeté, et à tout ce qu’elle véhicule, interroge immédiatement le voyageur qui vient à la rencontre d’une autre culture, dans un monde autrement coloré, autrement habité, autrement ressenti.
Après plusieurs séjours, plusieurs rencontres, la question est toujours présente. Le dialogue se fait plus personnel, il n’interroge plus seulement la couleur de peau, mais tout ce dont sont chargées, et l’histoire personnelle du voyageur, et l’histoire collective des nations en présence
Un jour, les jeunes de Kara ont commencé à écrire avec moi, en français, leurs espérances et leurs attentes.
Un autre jour, dans une saison hivernale où l’Afrique s’éloignait, j’ai tenté de leur répondre : mise en miroir de mes propres interrogations, méditation sur cet espace de correspondance du toi au moi qui devient « nous ».
Livrer cette réflexion à un tiers - le lecteur qu’on rend témoin de cette entreprise - ouvre, à terme, la porte à un autre « nous ». Plus complexe et plus vaste, au-delà de nos visibles différences, celui-ci amène chacun se trouver une place dans l’espace de toute la communauté humaine.
La relation de cet échange est peut-être un chemin parmi d’autres pour explorer ce qu’on appelle « interculturalité » : décoder nos mutuels préjugés, ne pas craindre l’incompréhension, et parvenir à en faire le moteur de nos rencontres.

Partager cet article

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Chroniques, poésies, photos, créations pour illustrer mes voyages, mes rencontres avec les humains solidaires, avec l'Art et les cultures, ici et partout ailleurs. Livres parus à ce jour : "lettres d'Anisara aux enfants du Togo" (Harmattan), "Villes d'Afrique" et "Voyager entre les lignes" (Ed. Le Chien du Vent)
  • Contact

Rechercher