Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2022 3 25 /05 /mai /2022 10:19

Ronde des canaux

Murs de briques allant tout droit

Sur leurs grands vélos

Utrecht ( Pays Bas) - avril 2022
Utrecht ( Pays Bas) - avril 2022
Utrecht ( Pays Bas) - avril 2022
Utrecht ( Pays Bas) - avril 2022
Utrecht ( Pays Bas) - avril 2022
Utrecht ( Pays Bas) - avril 2022
Utrecht ( Pays Bas) - avril 2022

Utrecht ( Pays Bas) - avril 2022

Partager cet article

25 mai 2022 3 25 /05 /mai /2022 09:48

parce que nous aimons ce que nous construisons

parce que nous ignorons ce que nous détruisons

parce que.

 

c'est un port

sous l'envol du béton

une aire de l'inutile

un florilège de boites empilées

c'est un port

et c'est encore un rêve

comme nous les voulons

rêves légers qui n'écrasent jamais les berges asservies

rêve de beauté

car nous aimons ce que nous questionnons

car nous aimons ce que nous détruisons

 

tout nous emporte

tout nous retient

quand même

parce que c'est de nous

et de nos mondes trop humains

port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022
port de Rotterdam Avril 2022

port de Rotterdam Avril 2022

Partager cet article

12 mars 2022 6 12 /03 /mars /2022 14:28

la masure ruinée qui nous cadre n'est pas une masure

c'est la grange qui abrite nos vacances

ça n'empêche pas l'élégance - dit ma mère - qui nous gante et chapeaute de frais pour le dimanche à l'église du village, puis le repas à "l’hôtel du cheval blanc"

c'est le mois d'août 1955, il ressemble à ceux qui ont précédé, et croyons-nous, à tous ceux qui suivront

les maisons s'écroulent, disparaissent, comme toutes les maisons, comme le temps qui reste inscrit dans les images glacées dont on ne sait rien lire

juste fermer les yeux, juste l'odeur d'herbe sèche, la paille des matelas, la flamme vacillante du pétrole, qui tordent le passé, qui ne jouent pas les garde-fous

c'est un petit chapeau qui coiffe des souvenirs et s'enfuit en baillant car, après tout,

il ne sert plus à rien

depuis longtemps

1955

1955

1974

1974

Google map. Le champ est vide

Google map. Le champ est vide

Partager cet article

3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 11:29

je dis Fleuve, Majuscule, je dis rêve embarqué sur un temps qui se fait déjà loin

je dis qu'il faut aimer le monde, tout le monde, avant de le connaître

je dis que la mère des fleuves est mère et profondeur du rêve

je dis que mon désir s'est aliéné avec le monde fou, puis s'est lavé, quelquefois, de ses bruyantes salissures

et qu'il m'a transporté sur les eaux, les racines, les insectes fouisseurs

le creusement et l'offrande,

de ce petit bateau qui s'écoulait, tranquille

sur le Fleuve Amazone

de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)
de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)

de Yurimagas à Iquitos, et d'Iquitos à Tamshiyaku (Pérou amazonien)

Partager cet article

30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 14:15

Mon ami Schubert, j'écoutais ton quatuor N°13 en la mineur, et ma main courrait sur le papier pour gribouiller des sons noircis venus des profondeurs. Que j'ai voulu graver, comme ta musique, gravée, attachée aux cordes étendues que tu fais vibrer depuis le sombre néant. En mode mineur comme il se doit.

 

émergence / fracture / os

point de fortune et d'infortune

frappe le temps / pique l'ombre des pleurs des espaces des retours

le corps ténu émerge des marais / vers le haut / vers le haut

le ciel marche de cheveu en cheveu

parvient au bord de la pauvre caboche / de la pauvre douleur/ et de l'obstination

puis s'en revient, le ciel / et se rit de lui même

 

nous explorons les cavernes fécondes, l'ombre lisse,  la terre du lendemain,

de main en main nous mêlons le vent, la graine, et l'horizon famélique

qui rendra compte à l'été de moissons inespérées

 

l'autre à présent s'échappe/ se frange de pureté limpide

danse et disperse les poids enchevêtrés

 

toute la place revient à la musique

Franz...

Partager cet article

20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 16:45
La nuit tombe
Sans aucun bruit
Et reste là, poudreuse,
Jusqu'au petit matin
janvier

Partager cet article

14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 09:34

* Si tu marches longtemps, ne crains pas la poussière

* Le vent riait, il amena tes pas l'un après l'autre. La liberté du solide fut offerte. La terre était joueuse

* D'abord, il fallut se nouer dans la foule qui marchait sans savoir. Le ciel était profond. Ta colère a brûlé et couvert les abîmes

* Tu étais seule, tu as cherché le temps. La rumeur d'un fleuve appelait sur la terre étrangère. Rien n'avait de limite

* Tu t'es retournée, le chemin était lourd. Plus de repères, plus de saisons. La poussière avait changé de peau

* Tu ne reviendras pas de la soif. Et des nuages. Il reste un peu de sable pendu à l'horizon.

* Il te reste tes pieds. Alors...

 

Si tu marches longtemps

Partager cet article

18 novembre 2020 3 18 /11 /novembre /2020 12:00

Elles surgissent du sable, des eaux, des corps morts, des roches cinglantes, traversées de chairs brûlées, gardées par le sel du temps, élevant parfois des comptines accordées à la marche et aux jours.

Peu à peu, j'en comprends le sens enfoui qui soulève la croute de mes illusions. "Au passage, prends-moi, disent-elles, emporte-moi dans l'autre néant de la cave et de la maison jaune!"

Souvent, j'obéis, chargeant mes poches, mes sacs, mes regards, de fragments arrachés aux grandes cicatrices du voyage.

Elles ne s'arrêtent pas là. Lorsque je dors, elles secouent la nuit de gémissements reconnaissables. "N'oublie pas que tes rêves se sont nourris des chemins parcourus. Que reste-t-il de nous ?"

Elles se lèvent encore et sarabandent au fond de la lumière, qui n'est pas une lumière, mais une diagonale d'atomes oubliés, une forme expiatrice des ravages et des incendies de la petite histoire.

Parfois je leur réponds, et parfois les ignore.

Quand le capharnaum monte et remonte jusqu'au cadre, je les enferme sans pitié pour leur vie sans objet. Elles-mêmes devenues objets, les Chimères rêveuses se laissent apprivoiser.

Et moi je dors tranquille.

 

Les chimères
Les chimères
Les chimères
Les chimères
Les chimères
Les chimères

Partager cet article

16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 10:44

La cadence des pas déplia un catalogue de mots incertains. Certains filèrent sur la route où le chuintement de quatre pneus les réduisit au silence. D'autres coururent jusqu'au fossé avec des mines éperdues de feuilles mortes. Sur un branchage aux allures de phasme déglingué, je vis scintiller le mot "NUIT". Il appelait une ombre imminente qui tomba, en effet, lourdement, et m'encastra, moi aussi, dans la pluie sans couleurs.

Il était temps de rentrer.

Plus tard, je cherchai en vain, sur ma page blanche, les phrases égarées.

Elle ne révéla qu'une catacombe de poèmes évanouis, de crânes, de cisaillements de dents d'où suintaient des lettres mortes.

et moi de novembre ?
et moi de novembre ?

Partager cet article

21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 15:19

Avec la complicité de Aude, graphiste et éditrice "le chien du vent", un nouveau carnet voit le jour ...

Lorsqu'on écrit sur le voyage, extraordinaire aventure ou simple traversée d'un nouveau quotidien, on fait des phrases avec ses pieds. On suit des routes, ou des rails. On emmène avec soi d'autres lignes évadées d'autres livres, d'autres phrases martelées par d'autres pieds qui marchèrent, écrivirent, suivirent d'autres chemins que les siens.

J'ai emprunté ici quelques lignes amies : Rimbaud, Kerouac, Michaux, et beaucoup de rails luisants. Lignes. Le même mot, et pour moi, le même Usage du monde, comme disait Nicolas Bouvier, que chacun raconte à son image.

Mais le temps du voyage n'est pas le temps de l'écrit. D'abord l'action : on marche, on laisse filer la pensée, on regarde, on éprouve. Viennent ensuite les notes d'un court décalage temporel : carnet, soir, lecture, nuit, souvenirs, lendemain. Enfin, revenu chez soi, le texte lève, après des semaines, après des mois, tentant de se charger des trois moments : l'instant, l'écriture, le vagabondage littéraire. Ainsi met-il en correspondance images, réminiscences, moments d'évasion déjà vécus ailleurs, déjà couchés sur d'autres pages, qui donnent corps aux sentiments, aux impressions. À toutes les lignes qui se sont tracées dehors / dedans, jusqu'au récit final.

Cailloux, poèmes, lectures, photographies. Le voyage est écrit dans sa multiple nécessité.

Voyager entre les lignes

Partager cet article

9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 10:46

sur le principe du cadavre exquis : prendre un carnet japonais en accordéon, dessiner, écrire, plier la page et revenir le lendemain sans regarder ce qui a été fait la veille !

Champ de ciel en odeur de ruines / qui revivait là sans se douter / des eaux, des os, des vents / et des ombres vivaces elles aussi / qui renaissent à chaque / saison / et puis...

c'est l'exil surgi / du néant blanc / qui dit vague / et se noie malgré / la nageoire / dentelée / des abysses / alors même / que l'espace / insurgé nous /promet cette / pluie/ d'étoiles

mais / ne dit-on pas / de la pierre / qu'à son tort / défendant / elle se croit / éternelle

c'est à la toile fine des dentellières / que j'ai cousu / chaque saison / chaque grain / chaque espérance

mais le feu, mais le déluge / mais le noir vaisseau / mais le sang / ont pris toute la place/ du regard / qui s'éteint / qui s'éteint / qui ne parlera plus / des eaux moins / vivantes/ et des murs / maculés d'insectes morts

une nuit / tropicale où/ la lumière/ même recluse/ ne dit / plus/ rien / et / crie/ et/ tombe

même si / la fleur rentrée / de l'agonie / et du sourire / ne parlent / plus du / temps / même si / le / chant s'effrite / et retombe / en écailles / de / larmes / et se / couche / en / découpes / d'images / éventrées

la ville dort sur mon cou et marque / toutes les secondes

Ville perdue

Partager cet article

17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 14:16

D'abord fermer les yeux

Laisser l'ombre trembler au bord des cils

Apprivoiser le ballet des phosphènes

Attendre...

On dit que la nuit engendre des monstres blancs

Mais derrière les paupières

Se déploient seulement l'exercice du vide

Et la poussière d'un rêve éteint

"intérieur nuit" - eau forte sur zinc et aquatinte

"intérieur nuit" - eau forte sur zinc et aquatinte

Partager cet article

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Chroniques, poésies, photos, créations pour illustrer mes voyages, mes rencontres avec les humains solidaires, avec l'Art et les cultures, ici et partout ailleurs. Livres parus à ce jour : "lettres d'Anisara aux enfants du Togo" (Harmattan), "Villes d'Afrique" et "Voyager entre les lignes" (Ed. Le Chien du Vent)
  • Contact

Rechercher