Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 16:55

les femmes à l'aiguille

devinent les piqûres de nos hésitations

où les petits pas petits points

recouvrent les bouillons de vagues envolées.

Les oripeaux de soi perdus sur les chemins

parfois dansent encore avec exubérance

parfois restent cousus

aux boucles de leurs vies

 

devoir de vacances

devoir de vacances

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 17:23

Elle a dit :

maintenant, je laisse, je file, j'arrondis le vide autour de moi. Je cesse de vouloir.

C'est

maintenant

la plongée sans le remords, la scène qui s'effrite sous la pluie.

Le petit théâtre est emporté à toutes jambes et les bouts au dessus font une forêt de lianes incontinentes,

dessous, la voilà qui flotte comme le grand lys blanc d'Ophélie dans l'eau tiède et vaseuse de l'oubli

Maintenant c'est un rond de projecteur sur le cirque de velours

et du sable, et des mots de sable coulent doucement tout autour de la lumière qui crisse

il n'y a plus de sens, plus de vent, et donc, plus de girouettes

qu'un grand silence venu d'autre part qui ne saurait s'effilocher.

Les mots se tiennent encore un peu, et leur compacité fait une ombre en coulisses

Maintenant c'est bien fini, dit-elle

relâche relâche relâche.

On ne joue plus

Relâche

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 10:57

juste un doigt de rose, comme l'aurore du vieux sage ?

comme le temps pressé qui cache bien sa griffe ?

un doigt de vent captif ?

un semblant de décence ?

Ah, mais, non !

un doigt d'horreur, un doigt d'honneur

pour nous pauvres vivants, mouchetés d'inconstance 

digitale

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 14:04

(lambeaux de mémoires post-mortem)

ce que je vois du monde à présent

ce que je vois du monde je l'ai appris

de l’aube qui étire ses bras de laine

et les fils tricotés des brumes ralenties

que je dévide à ne savoir qu'en faire,

des étoiles tombées

du halo d'un matin comme les autres

je ne comprends pas ce qu'il raconte à la lune

je ne peux pas boire à la source

tarie. Je demeure

au seuil du mystère

et du jour qui renaît

sans savoir pourquoi. Lui non plus.

nuit blanche

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 15:41

à la mémoire des enfances cousues de fil blanc, où l'on traçait sur les cahiers de grands signes en bataille

et tout au bord des dentelles fripées d'autres histoires, une poussière de diables et d'anges retenaient nos alarmes, le temps qu'il lui fallait

c'était peu de chose, en somme, que ces chiffres minés sous les morts venus d'on ne sait où

il n'y avait pas de revers au col fermé des mâchoires de papier

juste une flamme, juste un éclat, malgré les gros points du mensonge qui faufilaient nos tentatives d'évasion

juste une vieillerie à la sortie de chaque placard

maintenant que les dents sont usées

 

mémoire sur le fil

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 22:29

s'il fallait qu'un seul jour nous ramène à l'histoire

s'il fallait que l'histoire brûle jusqu'à nos mains

s'il fallait que le ciel soit séparé de l'eau

s'il fallait que le temps n'attende plus aucun geste

et que nos gestes ignorent de quoi se meurt le temps

s'il fallait ne rien dire ou bien changer de mots

s'il fallait que le jour indécis retienne sa clarté

bien au delà, bien en deçà

s'il fallait que seul le gris nous reste

comment parlerais tu des mille soleils ?

 

 

mémoire d'Hiroshima - 9 octobre 2015

 

♦  s'il fallait ?

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 21:53

c'est l'ombre de l'épaule

et la ténacité du parcours qui ne cesse de retourner à sa source

c'est un arrondi de mémoire

où chacun se renferme sans poser de questions

malgré les déchirures, les amertumes, les songes creux

 

et puis encore, encore,

le chemin des bras retient le berceau et la terre

où s'est fiché le temps,

où s'est fiché le camp des vagues scélérates,

qui joignent leurs sillons durcis au dessus du naufrage

 

un espace labouré dont on ne sait

s'il coule ou s'il demeure,

de loin en loin, d'os en os

de sang noir en sang noir

dont la couleur n'a rien à faire

sinon une monnaie donnée au sacrifice

de ce qui viendra après coup

 

à mon ami Franck du Togo

♦ famille africaine

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 14:28

petit poème paranoïaque

on dit que les sages et les fous aiment le désert, assujettis à la pauvre poussière du minéral
on dit que nous faisons mourir à petit feu ce qu'ils appellent diversité
on dit que les forêts grimacent de sortilèges assoiffés
on dit des mots à voix secrète suintant des luttes sans merci entre la voracité du Vert et nos appétits d'autres règnes
ah ! moi je dis que tant de vert nous empoigne et nous déborde, qu'il fait naitre des bras menaçants au bord de nos sentiers
qu'il balance à la dérobée des tentacules de vampire contrarié et des impatiences ricanantes
je cherche le silex, le sable, l'eau casquée de nos vains combats
mais c'est encore lui qui nous gagne et nous étouffe, qui nous gave de prairies grasses
où l'on se perd, encore une fois
encore une fois
sans qu'aucun caillou blanc nous montre la sortie

forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes
forêts corréziennes

forêts corréziennes

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 13:02

ce matin

il n'y a personne

pas un chat, pas une pierre

rien qu'un bouillon de salpêtre

et les murs

tapissés de questions

♦  murs murs

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 16:10

 

d'autres nuits de feuilles

ourlées de bleu magnétique

discouraient en vain

 

 

♦ d'autres nuits

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 10:53

béant clair de lune

sous la peau des arbres noirs

Orion s'est figé


hiver2014 0143

 

il reste le vent

 pour chanter des mots glacés

d'encre et de sommeil

 

hiver2014 0110

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 01:10

 

L’espace du vide entre deux corps dessine le dos à dos des oubliés
Le vide était dans l’arbre qui se moquait du monde
Le vide était en nous, on y passait la main en travers
On allait à la source des manques
On cherchait la matière de nos espoirs réduits en poudre 

Puis on a balayé

stMauriceLaïta2

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans poèmes
commenter cet article

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher