Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 15:55

Parc naturel protégé de Gorbeia, au sud de Bilbao : paturages en liberté, oiseaux planants, nuages en cascade.

 

Gorbeia01

 

Gorbeia02

 

Gorbeia03

 

Gorbeia04

 

Gorbeia05

 

Gorbeia06

 

Gorbeia07

 

Gorbeia08

 

 

Partager cet article

28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 15:35

 

gernika04    En ces moments troublés d'obscurantisme et de violence qui font, comme toujours, écho à d'autres évènements passés de violence et d'obscurantisme, j'ai aimé, en passant à Gernika faire le constat que les artistes (Picasso, Henry Moore, Eduardo Chillida...) et leurs oeuvres peuvent un jour surgir à la place des armes et du sang, et surtout, remplacer la dévotion au fanatisme d'où qu'il vienne par l'hommage à la beauté et à l'Art

 

gernika01

 

gernika02

 

gernika03

 

gernika06    gernika05

 

 

 

Partager cet article

25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 23:33

 

pas à pas, la pluie

arrache un lambeau de ciel

au jour qui se cabre


 

orage01

Lekeitio

orage02

Lekeitio

orage03

Bilbao

orage04

Bilbao

orage05

Gorbeia

Partager cet article

19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 09:13

à ces échos d'Henri Michaux ou de René Magritte

 

c'est une ville dérangée qu'on ne dérangera pas

une ville enfermée qu'on surprend en plein vol

car la ville de tous les ciels encombre les étoiles

et déconstruit l'image de briques et de broc

que le puzzle enrhume petit à petit

cactus métallique se riant de piques sans raison


Celle qui sur-réalise loin de son ambition capitale

pigeonne en forme de coeur, en forme de ciseau ou de pistolet à moustache

la tête entre deux sièges, le cul entre deux têtes,

la ville

ne fait pas sa maligne

 

ou c'est une autre ville, d'une autre fois, aux tables empesées,

autour des quais sans eau, des os sans corps, des clefs sans molette,

bruinant sur les ghettos du dimanche, les marchés de complaisance

 

pouet pouet la voilà, pas fière pour dix sous

le trait emprunté à la craie du trottoir

ceci

bercée des louanges de pensées grinçantes

qui sauvent ou perdent, ni une ni deux

 

ceci n'est pas une ville

 

bruxelles04

 

bruxelles08

 

bruxelles19

 

bruxelles07

 

 

bruxelles13

 

 bruxelles14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bruxelles10

galerie marchande  

bruxelles24

  galerie d'art brut

 

 d'autres images de Bruxelles

 

 


Partager cet article

13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 13:38

Elle, fragile face à l'ambiguité des passions

Elle, pure essence d'une idée que l'histoire n'achève pas

Elle me dit : "tiens bon quand la colère s'embrase"

Elle dit aussi : "la mort est blanche quand tout le sang s'est vidé de lui-même"

Elle, seule.

Survivra-t-elle face au nombre

si torturé, si rouge, si beau

tulipes06

tulipes05

tulipes08

tulipes07

haarlem03

haarlem01

d'autres images des Pays bas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 16:50

c'est au petit matin qu'il faut prendre la mesure de l'éloignement

le froid cisaille la nuit sans sommeil

et porte aux nuages qui s'emmêlent des reflets d'eau et de désert paradoxal

on ne sait où aller pour échapper au vent

tandis que la ville, les rues, les blocs restent en travers, plantés dans le soleil naissant

somnambule et indécise, chaque avenue annonce un moment glissé de silence

marcher encore et puis tomber et se remettre en veille

une fois encore étrangère

une fois encore conquise

en attente du monde et des mots insensés

la belle aurore neuve est un ailleurs qui se dévoile

 

Etre partie. Etre arrivée

dans le port d'Amsterdam

ou sur d'autres chansons qui scintillent de canaux en canaux.

 

amster01

 

amster02

 

amster21

 

amster18

 

d'autres photos d'Amsterdam

Partager cet article

5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 15:33

gareRosporden1

 

la voie, qui vertement se déshabille

souligne l'imprécision du trait

et ne s'attend à rien

d'un au-delà connu

où, tout au bord du quai

une ville se penche en elle-même

et se rêve ou s'invente en elle-même

en équilibre sur le rail de fer

elle, aimante, moi ne sachant entendre

ce que dit à ma tête d'aiguille

le sanglot d'un marcheur à la jambe clouée

lequel a décliné depuis longtemps

toute espèce d'invitation

à perdre sa boussole

 

gareRosporden2

 

paris2

 

paris4

 

Paris8 InstitutMonde arrabe

 paris7 museeCluny2  paris9

 

 

 

Partager cet article

9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 18:27

 

 

je ne parle ni d'utilité commerciale, ni de tourisme à consonance historique, ni d'architecture, ni de rencontres à faire parler.

je veux dire la solitude impérieuse du marcheur rythmée par la seule nécessité des méandres de pieds enlacés aux méandres de pensée.

cette appréhension retenue et féconde d'un arpentage décidé quoiqu'aléatoire.

dans les villes et nulle part ailleurs.

j'aimais ces écrits de Georges Perec qui notifiaient l'urgence patiente de cette découverte en mouvement: celle des hommes, celle des lieux, celle des faits divers, des vitrines, des collages, des cours, des portes cochères, des aplombs de muraille, des allers retours, dont on reste toujours stupéfait lorsqu'on finit par voir la ville d'en haut, cherchant à reconnaître son chemin à ras de bitume. Qu'on ne retrouve pas.

C'est que la ville s'appréhende avec la loupe de l'entomologiste et le pas du montagnard, comme pareillement la ville m'appréhende sans le dire en son centre oscillant et sa rumeur secrète.

jamais secret moins bien gardé, toutefois, jamais regard plus détaché, puisqu'offert à la cantonade, puisque réfracté en des millions de regards, de mots et de cris, de grincements, d'autres pas martelés qui ne sont pas les miens, et qui pourtant...

villes d'odeurs et de bruissements; chacune sa lumière; chacune portant en elle la grâce infaillible d'un mot qui déroule en une seconde toutes les vies qu'elle malaxe dans ses fondations, ses amours, ses violences, ses assises bancales. Uniques et familières. Irremplaçables.

Paris Londres Valparaiso La Paz Lomé Rome Dakar Santiago Kiev Dublin Florence Toulouse Marseille Lisbonne ... où ?

villes où je marche et marche jusqu'au bout

de la complicité

 


Lap.11

 

parisavril2011 0042

 

departdakar3

 

peinture 

 

Val.02


DSC01429

 

San.09

 

Pot.34

 

tozeur12

 

parisavril2011 0055

Partager cet article

16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 14:59
 

 

Dans une précédente rubrique sur ce périple ukrainien, je me posais la question (un rien provoc!): où sont les gens ?

Le fait est que j'ai eu parfois un sentiment de vide écrasant sur certains espaces architecturaux qui semblaient ne pas respirer au rythme de la vie quotidienne...

Et puis, je n'aime pas trop photographier les gens sans leur consentement, ce qui devient vite très problématique quand la communication est empêchée par les barrières de langue, ou d'habitudes de vies...

 

album complet

 

DSC02293 DSC01989 DSC02128 

Tout de même... nous étions en voyage pour chanter une oeuvre que j'adore dans deux beaux théâtres (Yalta et sébastopol) , accueillis par des amis musiciens qui ont été précieux dans l'organisation du voyage... sans compter le plaisir partagé avec les choristes  eux mêmes.


Alors, j'ai voulu conclure par un petit regard très subjectif  qui n'a rien d'exhaustif ni de sensationel : "la vie avec les gens en Ukraine telle que je l'ai vécue pendant 10 jours : ce qui m'a étonnée, touchée, frappée"

 

je ne mets pas de commentaires .. chacun en concluera ce qu'il veut et se fera, peut être, son propre voyage dans sa tête :-)


DSC01998  DSC02086   

DSC02126  DSC02231

DSC02121 DSC02199DSC02131  DSC02162

DSC02241 DSC02300

DSC02315 DSC02301

DSC02316 DSC02320

DSC02326 DSC02327

DSC02307 DSC02325

 

 

DSC02133

 


Partager cet article

16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 10:54

je garde le meilleur pour la fin !

Bakhtchissaraï, gros village des Tatars de Crimée, magnifiquement mis en valeur.

C'est une histoire tumultueuse que celle de ce peuple ukrainien turcophone, dans le récit de laquelle je ne me lancerai pas ici .

Il faut seulement savoir que Les Tatars constituent une population originaire d'Asie centrale qui vivait en Crimée sous le régime d'un "khanat" . Ils sont de religion musulmane. Ils ont été déportés massivement après la dernière guerre mondiale. Aujourd'hui ils tentent de faire revivre l'originalité de leur culture notamment à travers la visite de l'ancien palais du Khan, et la présentation d'un artisanat original.

 

album Bakhtchissaraï


En allant jusqu'au village troglodyte de Tchoufout Kalé, on découvre la beauté sauvage d'un pays de falaises calcaires et de grottes escarpées.


DSC02095

 

chaleur sur la route

le silence naquit des pierres

à Tchoufout Kalé


DSC02117

 

 

le palais du Khan

DSC02220

Partager cet article

15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 15:00

On l'appelle la petite Jerusalem.

 

DSC02283

 

Dans la vieille ville, peut être désertée à cause du samedi (shabbat), les synagogues des juifs Karaïtes voisinent avec les mosquées, non loin d'églises diverses que je n'ai pas toujours su identifier.

Les talons de quelques adolescentes claquent sur des pavés disjoints entre sons de cloches et appels du muezzin, tandis que le printemps s'invite au delà de chaque mur.

C'est joli.

Le temps est doux. Et si paisible.

Mais plus loin encore, sur l'autre bord de Yevpatoria, l'animation prévisible d'un jour chômé ne laisse apparaitre aucune foule, aucun rassemblement.

Où sont les gens ?

 

DSC02299

 

Peut être sur le môle, serrés les uns contre les autres au bord de l'eau, entre le béton et la rouille, pêchant ces mulets de la Mer Noire qu'on déguste en friture dans les petits restaus.

Le soir nous ramène à Simferopol dans un train tout aussi vide, tout aussi vaste, entre souvenir de ciel et mer que les nuages perdent en chemin. 

 

DSC02305

 

album Yevpatoria

Partager cet article

13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 18:02
 

 

 

Il me restait la tristesse et la mélancolie d'une ville ensablée dans un sombre passé, ou que dans tous les cas, je ne savais comprendre.  

Pas d'immédiateté, peut être à cause de l'écriture qui ne dit rien, de l'absolue étrangeté des visages qui ne se sont pas ouverts.

Mais le dernier matin, je sentis tout à coup, balayant le champ du bel azur, le vent de ces couleurs que j'avais occultées. Et la ville me parut, à cet instant, ouvrir un pan de ses secrets qui ne se trouvent pas dans les profondeurs auxquelles elle croit se perdre, mais dans la légèreté printanière d'un coup de pinceau posé sur l'hiver des regards.

J'ai cueilli les couleurs sans poser de questions.

Juste un moment de grâce sur l'impénétrable griffure des mots qui nous échappent.

 

 

DSC02004 DSC02362DSC02328 DSC02360

DSC02375 DSC02378

DSC02379 DSC02382

DSC02392 DSC02386

DSC02399 DSC02400

DSC02410 DSC02415

DSC02454 DSC02418

DSC02411 DSC02419

DSC02465 DSC02446

DSC02426 DSC02469

 

album couleurs de kiev

Partager cet article

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Chroniques, poésies, photos, créations pour illustrer mes voyages, mes rencontres avec les humains solidaires, avec l'Art et les cultures, ici et partout ailleurs. Livres parus à ce jour : "lettres d'Anisara aux enfants du Togo" (Harmattan), "Villes d'Afrique" et "Voyager entre les lignes" (Ed. Le Chien du Vent)
  • Contact

Rechercher