Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 18:02
 

 

 

Il me restait la tristesse et la mélancolie d'une ville ensablée dans un sombre passé, ou que dans tous les cas, je ne savais comprendre.  

Pas d'immédiateté, peut être à cause de l'écriture qui ne dit rien, de l'absolue étrangeté des visages qui ne se sont pas ouverts.

Mais le dernier matin, je sentis tout à coup, balayant le champ du bel azur, le vent de ces couleurs que j'avais occultées. Et la ville me parut, à cet instant, ouvrir un pan de ses secrets qui ne se trouvent pas dans les profondeurs auxquelles elle croit se perdre, mais dans la légèreté printanière d'un coup de pinceau posé sur l'hiver des regards.

J'ai cueilli les couleurs sans poser de questions.

Juste un moment de grâce sur l'impénétrable griffure des mots qui nous échappent.

 

 

DSC02004 DSC02362DSC02328 DSC02360

DSC02375 DSC02378

DSC02379 DSC02382

DSC02392 DSC02386

DSC02399 DSC02400

DSC02410 DSC02415

DSC02454 DSC02418

DSC02411 DSC02419

DSC02465 DSC02446

DSC02426 DSC02469

 

album couleurs de kiev

Partager cet article

13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 13:46

Deux fois passée à Kiev, entre deux bus, entre deux trains... 

la première fois, visite à la Laure des Catacombes (ensemble monumental d'églises, de couvents, de popes, et tutti quanti). Au retour, visite plus aprofondie du reste de la ville.

Impressionnée par le métro, par la quantité d'églises aux bulbes dorés (pas vraiment détruites par le communisme, donc  ? .. on me dit que certaines ont été récemment reconstruites. Bon !) et par la grandeur austère des batiments et des avenues.

Kiev est bâtie en profondeur.

A cause des rigueurs de l'hiver et pour éviter les accidents malgré la faible circulation automobile, chaque avenue se traverse de façon souterraine. On monte et on descend beaucoup d'escaliers !! Ces passages sont animés et remplis des commerces les plus divers, plus accessibles sans doute durant les saisons froides.

album Kiev

 

DSC02019

 

 

Kiev, érigée par dessous, surgissant de la tourbe.

Flèche jaillie des catacombes, statues, coupoles,

underground assailli de bougies et de spectres que les talons aiguilles des petites fiancées étoilent en cadence.

Je cherchais la grande porte des tableaux de Moussorsky.

Sous quelle arche de béton soviétique ? sous quel charroi de fleuve métallisé ?

J'en suis sortie par la petite porte du compartiment, et du "koun koun" des essieux.

je suis sortie vers le mot fin du sommeil qui chantait la ferveur et le chaos

 


DSC02470

impression , parfois , de ville désertée, sous le poids d'on ne sait quoi ?

 

DSC02006

Partager cet article

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 21:12

lundi en Crimée (premier jour - le 22 avril)

 

Brassage de lambeaux reconnus, acérés, moulus, puis agglomérés, depuis ... on ne sait pas.

Le curieux patchwork fait émerger tout ensembles un cyprès florentin, une montagne ibérique, un puits de mine polonais, ou une esquisse de banlieue marseillaise.

Tout est là. Pourtant ce n'est pas la Méditerranée, pas le sud, pas le nord, pas la ville. 

Et le temps suspendu que l'oeil accorde aux mots indéchiffrables ne fait que ralentir la captation du sens en révélant l'artifice des coutures.

Les siècles, les peuples, les dieux ont tous laissé leur tribut au passage, mais la monnaie n'achète rien que le regret de ce qu'elle pourrait offrir, ailleurs, ou dans un autre temps, si les pièces du puzzle pouvaient s'arrimer les unes aux autres sans bizarerie, sans questionnement inutile, sans déchéance.

Chaud / froid qui ne dit pas le tiède, ni le bouillonnement, ni tout autre impossible regard qui fait fuir le présent, vers le haut, vers la mer, vers la couleur qu'il sollicite et persiste à chercher, quoiqu'il en soit. Quoiqu'il en coûte à ce monde qu'il faut réinventer.

 

Heureusement, il y avait les chants à venir.


Et la maison d'Anton Tchekov à Yalta fut un hâvre de silence heureux.

DSC02178

 

le théâtre grec de Sébastopol

DSC02147

 

et une plage à Yalta... où je ne me suis pas baignée !

DSC02167

 

Album "Crimée - Yalta Sebastopol"

Partager cet article

11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 09:50

avril / mai 2013 .

Voyage au long cours par voie terrestre de Bretagne à Paris, puis de Paris à Kiev en Ukraine et enfin de Kiev à Simferopol en Crimée, pour aller chanter le Canto general à Yalta et Sebastopol.

Train, bus , train bus ... en tout pas loin de 80 heures à rester pliée dans des conditions plus ou mons confortables, mais en jouissant de ce nulle part vers quoi l'on tarde à arriver.

Le meilleur du voyage ( à recommander) le train ukrainien en 2è ou 3è classe, entre Kiev et Simferopol (et retour): vieillot mais confortable et dépaysant.

 

suivent quelques mots jetés au cours des passages

 

DSC01956

 

"L'action se passe en Pologne, c'est à dire nulle part" Alfred Jarry.

Plate plaine, et grise, où se déploient les souvenirs de centaines de père UBU, de guerriers massacrés à travers les âges. Accompagnés de la musique sirupeuse d'un film Z en russe sous titré ukrainien, ou l'inverse, comme dans tous les transports internationaux, comme dans le monde entier.

Souplesse du corps qui cherche à se caler sans trop de peine, et indigence de l'esprit fatigué, du no man's land épais, qui est aussi le vrai plaisir de la traversée.

l'Allemagne passée de nuit, tout juste empruntée, et ce matin, des lacs sans mouvement piqués de roseaux, un bref moment entrevus, puis dépassés, et déjà oubliés.

Hier le car a fléché sa route de Paris à Strasbourg. Arrêt bucolique sur un canal (de la Marne au Rhin ? ). Arc en ciel déchirant les nuages de Metz au dessus des maisons bourgeoises tournicotées de tourelles et de corniches. Soleil jaune, puis plus rien. Arrêts pipi. Thé - thermos. Stations service. Flashes de nuit. Sommeil coincé. Et déjà la moitié du trajet, du non temps, du non espace..

Apprendre en vitesse l'alphabet cyrillique. Fredonner le concert tout proche. Avancer la montre d'une heure. Tuer le temps. Un peu, mais pas autant que la dizaine de voitures encastrées et la déferlante de pompiers sur un autoroute... hier... déjà très loin, dans une ville dont on ne connaitra jamais le nom.

 

Dans le train, enfin, on allonge ses jambes.

Compartiment couchette, nervosité sourde des aiguillages, balancement.

Ne pas tout de suite abandonner la douceur interieure du moment rassemblé vers la fin du trajet, et la mémoire qui déjà s'efface et se mélange. Quelques images brouillées l'attestent encore malgré la lenteur d'un pays deux fois strié de nuit dont on ne saura rien. Autre lenteur de la jambe qui ne sait se poser simplement et cherche toujours le pli de l'espace minimal. Qui se souvient des escaliers gravis sous les coupoles d'or pur, indécent, façonné d'étranges et répétés vacillements de piété, d'encens et de rumeurs. Kiev à peine effleurée dont l'image sombre dans le rêve sans fin. 

 

album "train-bus/traversée"

Partager cet article

8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 17:56

se départir de quelque sorte, dont il ne reste rien et pas moi, mais pas moi

virer de bord, tourner le dos, attendre que revienne le goût du plus loin que j'imagine, ce grand départ aux saveurs de coco, qui va vers il ne sait pas où

 

les habits, les orages, les manches toutes retournées et quelquefois l'on sait,

et quelquefois pas, où l'on voudrait aller

mais au milieu du fleuve,

Michel Serres dans le "tiers instruit" parle de ce moment où l'aller est moins grand à exécuter que le retour

alors ...

on exécute, à petits feux, on installe, on y flotte, mais à peine installé, voici la fin du droit à ne rien faire

alors partir plus loin, partir plus nu, partir sans se retourner, ni les habits, ni les semelles,

 

je ne vais pas où quoique ce soit m'attend, je me tire, je dégage la voix encombrée des matins trop petits et des soirs sans issue

 

beaucoup de mots et peu de temps

 

juste le temps de ne rien faire, comme je voulais

et de dire merde à ceux qui restent

 

pour leur porter bonheur

ou pour ne rien dire d'autre

quand le malheur les tient fermés sous leurs cheveux qui se désolent

de rester sur leur tête, et de ne plus voler

 

venez à moi cheveux, et tête et tout le reste, la place est chaude

le temps est vide, moi je ne me retournerai pas,

croyez moi

Partager cet article

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 16:12

 

Il y a très précisément une année, j'étais à Cuzco, au Pérou. 

Submergée par le déferlement de jaune du dieu soleil, de jaune d'or inca sur la ville, les éclats des pétards et des fusées illuminant les terrasses et les montagnes.

Il faisait frais à cette altitude, pourtant ce n'était pas l'hiver. De quelle saison nous vient tant de beauté ?

Dans mon hiver d'ici, avec chaleur de poële et tendresse étoilée, je cherche après le froid des Andes, après le souffle court, une autre invitation aux voyages qui tardent à venir

Parce que le temps est court lui aussi, de mon souffle un peu rassis qui oublie son vertige

 

Que reste-t-il de nos voyages après retour ?

Les images perdues, ou volées, les objets rares, les odeurs furtives, la tièdeur de l'eau sur le Salar, la musique des langues, la couleur des marchés, les îles du Lac, les nuages ... 

Et toujours, le sentiment d'avoir été, toute autre, tout autrement, le besoin de rentrer pour mettre ses chaussures en ordre, et le désir qui tient la route à chaque aube nouvelle

Mon père était ce voyageur qui ouvrit le chemin, ou la fuite, qui fit bien d'emporter au loin ses démons invaincus, qui m'a laissé le meilleur pour la faim.

De ses éloignements, je me suis souvenue il y a peu qu'il m'envoyait des poupées à collectionner, objets témoins d'un échange inégal. Marionnettes de plastiques et de chiffons, apprêtées, figées dans la pose rigide d'une fête sans joie. Je suivais un trajet improbable semé de cailloux à figures humaines n'exprimant rien d'autre que l'artifice, le costume empesé d'un éternel dimanche où il perdait nos vies. Les objets ne parlent pas d'ailleurs, seulement d'un présent délavé que l'absence javellise

A 15 ans, j'ai tout bazardé. Pour qu'une autre vie me montre un autre chemin.

J'ai attendu longtemps. Pour sortir de ce trou, de cette tanière de monde resserré où je forgeais mes doutes.

Car s'il n'est une épreuve, le voyage n'est rien d'autre qu'un commerce vil.

 

Que reste-t-il alors ?

Les cicatrices, les blessures, les avènements, les douleurs que le désir promet et que la beauté ravive ?

Oui. Mais je veux dire maintenant, sans en faire une philosophie, ni un précepte, ni une morale, qu'il reste au bout du compte un peu de fausse monnaie pour nos objets perdus contre l'immatérielle  irruption de ce qui se nomme "empathie".

Si vous ne connaissez ni la langue, ni l'habitude, si vous ne convoitez ni la richesse, ni la compréhension, ni l'arrogance, si vous êtes déshabillés, allégés, réceptifs, il n'est pas impossible que vous ressentiez, sans rien en savoir, le moment du regard qui ne préjuge de rien, et surtout pas de lui même, le moment où l'être se retrouve sans autre vérité que celle d'un Autre dans son miroir.

Pourquoi me fallait il aller si loin pour ressentir cela ?

Et si c'était seulement le privilège, la force, le besoin de se savoir l'étranger, le barbare ?

Partager cet article

14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 01:39

le temps qu'il faut pour faire un sac,
il est déjà temps de partir,
temps d'avenir où je ne serai pas
car là mon sac sera posé, bousculé d'habitudes contraires
ce jour d'après, mon poids de quoi ?
 
sans doute
il se dira quelque part
qu'il n'est pas d'hier ni de demain
mais seulement le facile aujourd'hui de la pensée dormante

j'empile et je défais dans le même temps
une charge de voyageuse arrêtée, repartie
qui se remet en marche en laissant derrière elle
l'excès de ses trop-pleins
et la substance fortuite d'une vague suspendue

 


Partager cet article

24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 14:49

parce que l'hiver arrive pas à pas et que mes pas à moi m'emmènent ailleurs dans un peu de temps ( l'Amérique du sud pour tout dire) , je mets en ordre , ou en désordre comme l'on veut, des souvenirs articulés au gré de la main voyageuse qui laisse courir sur les feuillets quelques traits de cartographie intérieure

 

durant tout mon voyage (Dakar lomé- raconté sur ce blog) je collais sur un carnet de route les menus indices de mes traversées, passages, frontières, déplacements, petits achats, retraits bancaires, logements, etc.

une base pour rêver et retrouver le goût qui n'est jamais parti, lui ...

et puis le crayon, l'encre ou la craie ont suivi naturellement les chemins déjà traversés, pas encore oubliés,

gaiement c'est à la main que je confie ma mémoire

voici ce qu'elle a dit ...

 

pour retrouver ces traces on peut visiter mon album

 

DL03-museedakar

Partager cet article

22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 20:52

à six heures du matin dans les toilettes du terminal trois de l'aéroport de Roissy
il y a
tout l'or noir des sables d'Arabie posé sur la cuvette

il y a
un torrent de fraicheur conditionné aux tournoiements d'un soleil calciné
il y a
une feuille d'arbre mort volé au comble du désert pour torcher nos trop pleins d'abondance
il y a
une source prisonnière qui aspire en dessous le riz des affamés
il y a
chrome et nickel, froideur de mines avec lesquelles rien ne s'écrit
il y a
mes mains qui font couler la terre rouge de Kara dans l'égout de la Seine
il y a
sur mon visage sans sommeil un dégout de nos haines


dans les toilettes du terminal trois de l'aéroport de Roissy
sur la tablette immaculée
il y a
mes lunettes 


noires 


à six heures du matin 

Partager cet article

14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 20:58

Quand le voyage commença-t-il ?
dans le désir ? dans le projet? dans l'impatience du paquetage qui fait basculer le réel d'aujourd'hui à ce que je serai demain ?
je me charge le moins possible, réduisant l'imaginaire au strict minimum.
ne rien savoir, seulement se laisser surprendre le moment venu
je ne quitte pas, je m'éloigne
à un moment on part, à un autre moment on arrive, le temps se succède à lui même, mais moi je reste moi
dans le premier train je couperai les fils un à un, visiblement
mais je resterai attachée, invisiblement, pensant déjà au retour, à l'après
cela me fâche un peu
et puis je n'y pense plus
là où je vais je ne partirai pas avec des regrets

je lace mes chaussures et la boucle est bouclée

Partager cet article

27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 19:02

je ne sais pas si j'irai un jour,
peut être le Japon de mon imaginaire est-il tout autre que celui, bien réel, auquel je pourrais être confronté,
Japon d'images, de films, de poèmes, de complexité graphique et de mentalité toute autre,
sans parler de la langue
mais un de mes fils, lui, qui a vu souvent chez moi de nombreux films japonais, a franchi le pas
le voici pour la deuxième fois en voyage de l'autre coté de la terre


mon fils n'écrit pas de poésie, du moins pas à ma connaissance
c'est un informaticien musicien, dont on aurait aisément pu prévoir qu'il deviendrait tel,
si l'informatique avait existé dès sa naissance
mais il a une autre forme poétique d'existence
qui ne passe pas par les mots
plutôt par une sorte d'étrangeté décalée et voyageuse
et une grande tendresse pour les gens qu'il rencontre

 

il est là bas, à regarder tomber les pétales des sakura

comme font tous les japonais en ce moment !

Partager cet article

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Chroniques, poésies, photos, créations pour illustrer mes voyages, mes rencontres avec les humains solidaires, avec l'Art et les cultures, ici et partout ailleurs. Livres parus à ce jour : "lettres d'Anisara aux enfants du Togo" (Harmattan), "Villes d'Afrique" et "Voyager entre les lignes" (Ed. Le Chien du Vent)
  • Contact

Rechercher