Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 18:57

au bord du Mali, la ville de "Madame Bâ" d'Eric Orsenna, la ville aux portes du désert où j'ai avalé les kilomètres et la poussière ocre du sable fou, la ville tranquille et plate où coule un autre fleuve (le Sénégal)

il faudra un jour écrire aussi sur les chemins des fleuves et des rivières de l'Afrique

 

le nom de Kayes signe l’attaque qu’un poing dur ouvre à la douceur d’une main tendue

le nom de Kayes est roc poussière, dragon désert gagnant sa course, écrasement brûlure qui vient buter sur le fleuve alangui

Kayes battait au fond de moi m’appelait démarrait sur les rails vers un demain peut être

Kayes chantait dansait et s’essoufflait à l’aube dans la rondeur ventrue de son aire

Kayes résonnait comme un mythe ruiné sur lequel pousse entre deux râles l’herbe fine des rêveries contraires

Kayes m’avait offert Ali Farka Touré et Boubakar Traoré qui chantaient "Diarabi" entre les murs de banco

 

Le nom de Kayes s’arquait en notes endurcies et tombait et tombait comme les gouttes une à une de la douche anémique où je me lavais du vent de sable rouge

Kayes, fiancée noire endormie de soleil, attendait le berger du Cantique

Kayes la belle riveraine lavait au Sénégal ses pieds de marcheuse altérée

Mais à Kayes j’ai touché la pluie froide et rêche de la tristesse et du découragement

Je marchais longtemps sur les chemins de Kayes

J’en suis partie la gorge sèche et le cœur épuisé

De tout ce que l’on aime


DL20-brousse

 

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans villes d'Afrique
commenter cet article

commentaires

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher