Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 15:26

de passage en passage, de terminal terrestre en terminal aéroportuaire, de chambres pauvres en chambres un peu moins laides, points d'arrêt et de départ où la voyageuse sans cesse se donne et se reprend

s'oublie en quelques parts de ce qu'elle ne ramènera pas

à cause du poids, à cause du désir d'être nue, à cause de ce qui disparait de soi et de la suffisance de l'être comblé, qui voudrait bien laisser ses charges et revenir allégé de ses peurs

ces traces minuscules redisent à celui qui les trouve qu'une autre est passé là, qui cherchait son regard

et que le souvenir d'un lieu est attaché à la mémoire oublieuse des objets inutiles

il n'y a pas de sens au voyage sans le troc de chaque monde tombé dans une escarcelle ou une autre

 

à l'hôtel Almen , rue Sagarnaga de La Paz, j'ai oublié une paire de mitaines bicolores rouge et grenat. Les fils électriques font des toiles d'araignées, et j'ai le souffle court. Je contemple avec stupeur un premier tableau d'ange arquebusier au Museo del Arte.

à l'hôtel Sonia de Copacabana, au bord du Lac, j'ai laissé "la vie mode d'emploi" de Georges Pérec, en édition de poche marquée à mon nom. Je l'ai relu trop vite. Je n'ai plus aucun livre. Mais Titicaca, la Isla del Sol, et les nuages déploient leurs écritures.

à l'hôtel Inti de Puno, sur l'autre bord, péruvien, du Lac Titicaca, perdu un tee shirt gris perle, avec une bande brillante sur le devant, que j'aimais beaucoup. Il pleut. Je bois un Pisco Sour, et mange mon premier steak de lama.

sur l'île d'Amantani j'ai donné ma lampe électrique made in China qui fonctionne sur le principe de la dynamo au papa de Mari Luz, qui nous a fait dormir dans sa maison. Ciel d'encre et de glacier d'étoiles, paré pour une légende. J'improvise le vol du Condor sur la musique du même nom à la fête du village.

à l'hôtel Samani de Cuzco, je n'ai rien oublié du tout, ni dedans ni dehors. Mais décidé en prenant le bus, de déposer quelque chose dans les lieux à venir de mes passages. Le soir du jour de l'an, vu la ville s'embraser de folie et de fusées pétaradantes. Symphonie brutale et sidérante. Comme à Machu Pichu

à l'hôtel Santa Catalina d'Arequipa, laissé un pull gris en laine, de forme chasuble, un peu usé à la taille à cause du frottement de ma veste. Au crépuscule sur la terrasse contemplé la première neige sur le volcan Mitsi. Mes pieds remplis de graviers, de désert et de lagunes du rivage Pacifico.

à l'hôtel Yungay d'Arica au Chili, déposé sur la poubelle ma paire de chaussures blanches et noires, la semelle au talon réduite à l'épaisseur d'une feuille de papier, brûlée par la plage de sable volcanique. Vols innombrables de pélicans à l'arrière des bateaux de pêche.

à l'hôtel Utakala de Don Leo à Parinacota, laissé un collant brun foncé avec un petit trou sur le gros orteil droit. Le matin, dans le 4x4 de Don Leo, resté figée au pied du Parinacota stupéfiant de beauté qui miroite sur le lac couvert de glace et de flamands roses.

revenue à Arica, à l'hôtel Yungay, j'ai enfoui dans les draps, bien qu'ayant dormi par terre, un gilet bleu vert à double fermeture éclair que j'avais acheté dans un troc et puces à Concarneau. Toujours les cormorans.

dans le bus de nuit entre Arica et san Pedro de Atacama, perdu une trousse en cuir beige qui contenait un stylo à plume, des feutres à dessin et des cure-dents. En fait, ce n'était pas dans le bus, mais dans le petit bar où nous avons déjeuné de poulet en arrivant à San Pedro. Le lendemain je l'ai retrouvée

le même jour, j'ai oublié une pochette africaine contenant mon passeport et ma carte bancaire à l'office de tourisme. Retrouvée au bout d'une demi heure quand j'ai voulu payer le boleto touristique de l'excursion aux geysers de Tatio. Où j'ai ressenti le froid comme jamais avant le premier signe du jour. 

à l'hôtel Puritana de San Pedro, chambre la plus luxueuse et la plus chère du voyage, j'ai déposé dans le bas de la table de nuit un cadeau pour les filles qui travaillaient sans relâche au nettoyage : un collant noir sans pied et un flacon de vernis à ongles

à l'arrivée du bus de nuit entre San Pedro et Valparaiso, j'ai retrouvé, au terminal, l'appareil photo d'André qu'il avait laissé sur son siège Cama

à Valparaiso, à l'hôtel "maison du Filou", jeté le chargeur de l'appareil photo Panasonic que je me suis fait voler boulevard San Francisco. Avec passeport, carte bancaire, clef USB, et ma broche panthère noire, dans le sac banane multicolore acheté à San Pedro. C'est comme un peu de moi resté dans cette rue qui descend vers le port, sur le Cerro Artillera, avec mes images de Bolivie et du Pérou. Mais la ville était bien, là. Je peux lui pardonner.

à l'hôtel Bellavista de Santiago, j'ai posé un tee shirt rose très moulant et trop petit en évidence sur le lit. Le soir nous assistions depuis la terrasse à un festival de théâtre dans une cour voisine. Hôtel tout près de la Chascona, troisième maison de Neruda. Et le métro de Santiago arrose les voyageurs pour les rafraichir.

chez François à Santiago, laissé ma serviette éponge rayé rose et blanc Ted Lapidus, et un stick de déodorant qui me grattait depuis le début du voyage. Avec un drapeau breton en tissu, comme cadeau de remerciement pour son appartement.  Frédéric était là aussi, pas rancunier envers le Chili qui lui a volé ses jambes.

à l'hôtel sans nom, que j'aurais dit presque borgne, rue Quemes, derrière le terminal de Mendoza, j'ai laissé un short de toile blanc que je n'avais jamais mis. C'était l'arrivée en Argentine, la nuit on entendait une fiesta de tango dans le couloir de la maison. J'ai aimé la bière frappée et le vin des bodegas.

au Residencial Anita de La Rioja, laissé ma veste de lin écru dans un tiroir. Dans la cour d'une maison écrasée de chaleur nous avons chanté et bu avec une famille sous la treille chargée de grappes. Au terminal un jeune homme est venu m'offrir une bouteille d'eau.

à l'hôtel Residencial Royal de Salta, qui n'avait de royal qu'un nom depuis longtemps déchu, j'ai laissé une paire de gants en polaire rose fuschia trop serrés pour moi. La chambre bleue était comme une éponge sous les torrents de pluie.

à l'hôtel Frontera de La Quiaca, comme son nom l'indique, laissé un tee shirt violet sans manches à volants qui me servait de chemise de nuit. Dès l'aurore des femmes indiennes faisaient passer sur leur dos des tonnes de marchandises, toute la journée, d'Argentine en Bolivie. Ou l'inverse.

à la gare de Villazon, du coté bolivien de la frontière, André a oublié son appareil photo sur un banc après avoir pris nos billets en classe économique pour rejoindre Uyuni. Et ne l'a pas retrouvé. Passé la nuit dans le train. Oublier sa fatigue. 

à l'hôtel Cactu d'Uyuni, j'ai laissé un tout petit sac rose et violet en tissu brillant offert en 2009 par deux coréennes qui avaient dormi chez nous. La chambre n'avait pas de fenêtre, comme pour démentir l'espace indéfini de la ville sans limites.

nuit à Alota, pendant l'excursion au Sud Lipez, j'ai oublié, vraiment oublié, ma serviette de toilette jaune en matière ultra absorbante. Le soir nous avons bu du rhum avec un alsacien, tandis qu'une secte américaine venait nous faire l'article d'une méditation sur les hauts lieux où souffle l'énergie. Comme le Salar, où l'on se perd de la tête aux pieds.

la deuxième nuit dans le campement n'avait pas de nom, je n'avais plus grand chose à oublier, mais j'ai été  malade. Coliques, diarhhée. On laisse ce qu'on peut. L'eau n'est pas bonne à boire. On ne parvient pas à allumer de feu. Ou c'était la baignade à 4500m dans des eaux chaudes et soufrées. Laissé seulement un petit calendrier de la pharmacie Sébire à Melgven.

à l'hôtel Cactu d'Uyuni, avant de repartir, je laisse un short de sport en polyuréthane noir et violet, qui ne m'a servi à rien. Ciel de pluie. Immensité de tristesse. Cimetière de locomotives. Fers rouillés.

à l'hôtel Carlos V de Potosi, j'ai laissé un paquet de chewing gum, immangeable, acheté à Uyuni, et un chapeau de toile beige, rétréci au lavage et devenu trop petit. Parcours dans les mines, couleurs, vertige, horreur et magnificience. Révolte ou révolution ?

à l'hôtel Pachamama de Sucre j'étais en panne d'oubli. Mais à Tarabuco, visité un matin le marché artisanal, j'ai donné à Julio qui nous avait vendu un charango, la polaire noire qu'il m'a demandé pour un de ses enfants. Sucre trop blanche, cela refait un équilibre.

à l'hôtel Alem, j'ai abandonné, avant de quitter La Paz, les sandales dorées qui m'avaient bien servi les pieds, et deux paquets de feuilles de coca en poudre pour les infusions. Bien m'en a pris, les douaniers boliviens ont fouillé mes bagages avec une minutie particulière. Sorciers et sorcières véritables dans les rues de l'Alto. Tihuanaku et l'Illimani. Enfin. Avant le déluge tropical de Santa Cruz.

à l'aéroport de Madrid, les douaniers espagnols nous ont pris le vin bolivien acheté au free tax de Santa Cruz. Sans le décalage horaire nous l'aurions bu cul sec !  Ils ont cassé la bouteille. Pol n'aura pas son cadeau.

 

angel  Lap.26

 

angel arcabucero et masque de carnaval à La Paz

 



Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 23:12

arrive un moment où plus rien ne compte que le poids de matière minérale,
ciment des muscles, air au goût de pampa, train de carcasse, rails qui tranchent l'horizon
on devient roche, on devient terre, pluie, nuages,
on devient poids de glace et de tourments qui tanguent au bout des doigts ralentis marquant le coup à coup des voies entre deux gorges coupées à vif
sang de l'Ande et de l'Indienne, tout entier ramassé dans la joue de coca qui martèle un oubli
l'Altiplano s'est soulevé à hauteur de mirage, sa côte de magma flottante au bord des lèvres maquillées d'aurore
Un poids de temps, un poids d'argent, un poids de chair sur les plateaux de la justice ancienne qui n'avait pas de nom
Le train de nuit, à l'écart des voies irréelles, dérape lentement, glisse sur le silence, s'immobilise
où l'on reste là, corps plié de sommeil évasif, corps métallique, aimanté qui se colle au sol criblé d'autres corps,
au dessus des fausses roues
au dessus de l'humus dérobé
au dessus du minerai au dessus du sel et de la mer enfuie
au dessus d'un rien de rien qui reste en équilibre
oscille infiniment à l'aplomb du fléau
Entre La Quiaca, Villazon, Uyuni, un ballot de chiffon jeté à contrevoie
est peut être l'enfant de mon rêve
qui sourit au néant
et qui s'endort enfin

 

 

Train07

 

depuis la frontière argentine jusqu'à Uyuni en Bolivie. environ 16h de voyage pour faire les 450 kms d'une traversée vertigineuse au bord de l'Altiplano

 

Train02

 

gare de Villazon ( frontière bolivio-argentine)

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 18:06

Salta parade et s'affiche avec hauteur,   
poignée de fards plaquée sur les arborescences
rouge rose fruitée des églises, vitrines naïves qui plantent les bougies du Vaudou sur les figures laquées de la Pacha Mama, verrières jaunâtres des cabines suspendues, murs écaillés des residencials en décadence.
Salta bourdonne, amoureuse fertile, étire jusqu'aux nuages son petit train de solitude, lance la cavalcade des orages, ajuste son corsage entre deux quebradas violettes et roule pour finir, nuit et jour, en ramenant toujours le verre et le discours pâle du Torrontès à sa bouche qui chante au dessus de la pluie
Salta la crépitante en lambeaux de dentelles, redore à chaque meurtrissure de tempête, à chaque convulsion, son blason de fierté, son habit de soleil éreinté

Salta me faisait fête, noyant le martyr des disparus qui déchiraient de blanc l'obscurité des parcs
Salta me faisait joie, fille ruinée qui n'a plus rien à perdre
Salta, dans la noirceur d'un jour tiède, s'est couchée à la cime des Yungas où se déployait le chaos des rumeurs sourdes

Je suis restée figée face aux salissures moisies de la chambre bleue
cherchant dubitative, parmi les traits incertains de Salta, la carte du désir, et le chemin du non-retour
mais n'ai pu que dormir, et dormir, plus loin que les vallées qui se fendent et s'étoilent

 

d'autres photos de l'Argentine

 

Sal.16

le memoriel des disparus de la dictature à Salta

 

sal.50

jungle au dessus de Salta ( yungas) par temps d'orage

 


 


Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 23:41

la ville dort sans frémir, son souffle de lézard sur la platitude du sel gronde très en dessous,
monde à l'écoute derrière les fenêtres enroulées sur elles mêmes
les églises verrouillées et les commerces clos ne parlent que de l'heure absente
cherchant l'accord d'un chant profond qui coulerait du bitume

portes et jardins s'éveillent à la tombée du jour
c'est une autre ville qui tremble alors sur le pas suspendu d'un tango flamboyant, torsion de femmes et de velours que rien ne peut ternir
ni les idoles matoises, ni les diables cendrés tapis dans les entrailles des volcans
ni les tambours de peau qui ruinaient l'espoir des conquérants
 
bien plus au large, la montagne se déplisse, friche de solitude ardente que marquent l'ongle sur la corde et le final plaqué
où se répandent vin et bière chaloupés de rires sur l'envol d'un adieu
mais en quittant Rioja, je l'oublie sans façon
ne restent que l'eau fraîche et la main de l'offrande qui s'éloigne et s'éloigne et
rien d'autre

 

Men.23

 

route salée entre Mendoza et Rioja

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 13:04

Bientôt le Pacifico ne fut qu'un aplat de bleu sur la carte, tandis que l'ombre de Pablo chuchotait inaudible dans l'amoncellement des pièces et des reliques de la Isla Negra

Je tournais le dos à la plaine étroite, le bus s'enfonça vers les Andes, mouche obstinée sur le ruban des pierres vives et des virages magnétiques que les camions conjurent avec des franges cérémonielles et des cœurs enrubannés

Une voie ancienne s'effilochait en poutrelles de fer et de ponts inutiles
Voie plus ancienne encore, dernier écho d'autres voix qui cherchaient la braise d'un feu ami aux marches des glaciers, ou le pas après l'autre pas qu'il fallait arracher au silence absolu des Cordillères

De l'autre coté des couleurs, des coulées, des invraisemblances et des chaos triomphants, le fleuve peu à peu se raréfiait vers la plaine brûlée de torchères que les gauchos dressent au milieu des vignes et des oliveraies

Ce fut Mendoza
Sèche et bardée de lignes au carré : fossés, canaux d'irrigation, places mozaïquées, monuments, rues striées, arbres rangés dont les racines boivent au magma des eaux et des nappes pétrolifères que plus rien ne sépare

Mendoza, claire et blanche, que ternissait à peine les visages morts déposés sur les rues,
regards éteints des disparus, regards que la mémoire et la justice redessinent de contours amers
Lumière et tourmente sur la rigueur de Mendoza
Lumière chavirée d'un tango de sang noir
Lumière défaite d'un soir de Mendoza où s'étendit le déluge roux d'un sable de Pampa
Augure d'un autre cataclysme
le jour où Mendoza perdra les eaux dernières
De sa mère crevassée

 

And.11.JPG

 

la traversée des Andes : ce sont à peu près les lieux de l'accident du pilote de l'aéropostale Guillaumet, rapporté par Antoine de Saint Exupéry dans son livre "terre des hommes". Guillaumet transportait le courrier en avion de santiago à Buenos Aires, pris dans une tempête son avion capota sur la Laguna Diamante, et le pilote dut marcher trois jours à travers les Andes glacées avant de r trouver un secours ( voir le récit de son sauvetage)

 

En 1949 Pablo Neruda fut également obligé de traverser les Andes à cheval en février pour échapper à la dictature dans son pays (voir le lien), épisode mythique qu'il évoque dans son discours de réception du prix Nobel en 1971

 

Men.20

 

nuage de sable sur Mendoza

 

d'autres photos

 


 


Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 18:34

De Santiago me fait défaut la légèreté du poème
c'était d'abord pour moi une ville grave
tatouée d'avenues imaginaires qui chantèrent un espoir depuis longtemps enfoui
je ne pouvais me décider à recalquer ensemble le choc du passé bouleversant et des années obscures, avec le désir du présent et le réel volé à la confrontation d'un temps sans anicroches

Santiago était avenante, propre, rebâtie, américaine et chaude
mais moi je la voyais sanglée dans un décor meurtri et déserté depuis toujours
je voulais retrouver son image tremblante sur le film en noir et blanc de l'inimaginable, où la vie se resserre et s'étreint dans un dernier sursaut
mais l'autre vie des hommes est la plus vraie, vérité du jour héritée de l'instant, vérité sans mémoire
toutefois apparaissaient en ombre sur le grand théâtre des immeubles et des verrières, des escaliers du métro, des terrasses où la jeunesse hésite entre parillada et bière au litre, sur la caillasse scintillante du Rio Mapucho, une saisie de failles, repères et reprises d'un tissu ancien trop délavé qui n'a même plus de nom
comme des tâches indélébiles et révélatrices :  vendeurs à la sauvette qui bradent leurs habits, chassés par les soldats, étudiants infortunés qui mendient dans les rues, et cette femme au consulat qui m'a dit "nous n'allons plus à Valparaiso, ce sont tous des voyous !"
A la porte des quartiers huppés, encore, la Cordillère est secouée d'un rire dévastateur qui finira par solder tous les comptes

je ne comprends rien à ce temps décalé, où je me perds, où je m'enferre
sur un rail de sable qui ne mène plus à rien

 

San.21

 

San.28

 

d'autres photos

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 12:53

Enfin Valparaiso....
Adossée à la lumière, toucher les maisons peintes et les mosaïques vibrantes
Arrondir sur le poing un oeil de lune qui lorgne vers le Port
Aller. Venir. Revenir
A la vétusté des ascenseurs, répondre avec un pas à pas de murs graffités qu'enchante le zigzag des escaliers
Se saouler du grand largue épicé que le Pacifique ramène sans trop en avoir l'air
Et puis
 
Dans le bus cahotant les familles me poussent au dehors : c'est là, c'est là, disent les rires sous cape, c'est là qu'il faut aller
Sebastiana, en équilibre mental sur un coin de village, où Neruda piquait le soir de mots suaves
Toute la ville est là sous mes pieds chancelant de l'altitude et du secret qu'elle dévoile
Tous les chemins, tous les pourquoi, tous les chants de verdure et de salpêtre, tous les marins cambrés des mollets, des épaules, à la dignité, à l'amour et au vin du pays
 
Marcher, marcher, même si
On dit que les ruelles abritent l'inquiétude, et la tôle froissée de l'écroulement permanent, celui du pauvre, celui du désespoir, celui de la terre qui se fend et se creuse à chaque  tremblement du possible
Deux enfants de Valparaiso ont volé mes photographies et mon identité
Mais ils ont, sans rien en savoir, accroché mon nom au delà du papier, à la blessure des verbes irréguliers, que je ne sais pas dire, des rues irrégulières, que je ne sais pas oublier, des abîmes de guingois où j'ai laissé le flou de leur image
Ville radieuse et grinçante où je ne reviendrai jamais
Ou
Peut être

 

Val.14

 

Val.22

 

d'autres photos en cliquant sur ce lien : album "chili"

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 10:06

il n'y a rien à retenir d'Atacama
qu'un dialogue entre vent et cavité de l’œil
je n'avais qu'à me laisser traverser
par la fulgurance du froid d'aube et le démenti du zénith absolu

on ne gagne rien à cette solitude, on n'y perd pas non plus
on reste écartelé de contrastes immuables sur l'espace de pierres que le temps lui même a déserté
au retour je répétais ce mot : "nostalgie de la lumière" (qu'il me fallait trouver en écho dans le film de Guzman )
sans histoire, sans mémoire, il ne dit rien de plus que sa seule beauté
et l'impression des chiffres virtuels sur un sablier d'infini
où c'est l'autre qui me retient
me pétrit, me dessèche et me stérilise à jamais dans le vide

où questions et réponses sont une même voix

 

 

atacama02


 

voir la bande annonce du film de patrice Guzman "nostalgie de la lumière"


 


Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 15:56

Arica est soleil noir, sable bouillant, caravane de fer, faux marbre de fausses fontaines que les cormorans souillent en aboyant
Arica prétend à ce qu'elle ne sera pas
bout de ligne ensablée, herbe conquise à grande eau que le soleil récuse, brise-lame dont l'océan peut se rire quand il veut
Arica se perd à tout instant dans l'artifice de sa fausse opulence, accotée à la maigreur des falaises jaunies, elle joue à secouer les vagues de son jupon d'endimanchée
Tout, autour d'Arica, brûle d'un enfer sans appel où la somptueuse altérité du Parinacota, et l'ironie mordante du souffle, et l'église de bois peinturlurée de rires, n'allumeront jamais le candélabre d'un seul arbre de pierre
Au bout de sa route en corset de lacets débraillés, Arica se rengorge et se livre elle même à l’œil d'un diable carnivore
et mort depuis longtemps

 

parinacota

 

le volcan Parinacota au dessus d'Arica ( nord du Chili ) se réflétant dans le lac gelé au petit matin, réserve d'eau que convoite la côte désertique

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 10:59

Arequipa sera reconstruite éternelle, que vienne ou que s'éloigne tel soubresaut de Cordillère
Arequipa la blanche se pavane en couleurs volantées de rouge et bleu céruléen soumettant la fleur sauvage des nonnes de douze ans à Santa Catalina
la pluie rose du crépuscule habille d'une ombre de fruits mûrs les cernes de Mitsi et de Picchu Picchu
et les secousses, de places en ruelles, griffent le sable ocré d'une verdeur inopinée
secousses et tremblements qui fendent la poussière et la glace des monts
violences terrestres ouvrant un puits de cendres et de plainte enfantine qui cambra hors d'elle même la petite momie crevassée de Juanita, ses jouets dérisoires, ses sandales d'herbe,
et la poignée de coca qui lui ferma les yeux sous le couvercle de neige où s'enfuyait le cri d'un oiseau noir
et le temps du retour, pigeon après pigeon, ceignant la place des marchands
je traque à pas comptés l'abîme sous mes pieds qui engloutit l'autodafé de la vagabonde Flora
et la nuit, et la nuit où glisse la stridulence des dunes
cette solitude hautaine jamais ne se lasse de battre, de frapper, en mots caquetant de fanfare, en mots raclés de Pisco Sour, en mots peints de feuillages et de perruches, en mots coulés dans l'or tiède, en mots de cannelle et de girofle, en mots cirés de patine vénérable, en mots serrés sur l'écritoire de Vargas Llosa
à la fin, le désert se fige et se tait, tandis que monte le tournoiement des cloches conventuelles
car Arequipa n'oublie rien, même si elle ne le fait pas exprès

 

arequipa02

 

volcans au dessus de la Ville d'Arequipa ( Pérou)

 

arequipa03

 

le désert autour d'Arequipa

 

et un lien pour découvrir l'histoire de la "momie de juanita " conservée au musée santuarios andinos d'Arequipa... une rencontre bouleversante http://trek-cordillere.com/perou-colca/juanita.html

 

*Flora Tristan, grand mère de Gauguin, évoquée par le péruvien Vargas Llosa, né à Arequipa, prix  Nobel de littérature, dans son roman "le paradis un peu plus loin" http://fr.wikipedia.org/wiki/Flora_Tristan

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 22:14

je n'ai jamais connu de ville plus masculine que Cuzco  
son nom El Cuzco, que guetta le baptême, forcé par la flamme et les signes noirs que bavaient les Conquitadores
Cuzco restait alors, guerrier à terre, guerrier de murailles aux visages d'angles morts
nulle douceur en Cuzco, sinon celle d'un émerveillement rageur qui veut combler des plaies de fontanelle
El Cuzco sur le nombril du monde,  fleuve de métal et d'indiens martelés, dévale chaque soir les rues luisantes et noires
je voulais écrire tout ce que Cuzco me donnait comme se donnerait un amant blessé qui ne sait s'accomplir, un amant châtré casqué de lumière verte  
je lisais dans le Canto General, sur les hauts de Cuzco, ce qu'on lit dans les entrailles du temps  
l'odeur sourde, la purulence, et la magnificence des lettres, des visages, des bijoux d'or patiné que l'Inca jette avec dédain sur la face grotesque du bourreau  
je lisais avec mes pieds, cherchant la nervure des artères, des os, des ravinements de peau, dans l'entrelacs des chemins de Cuzco  
je lisais sur le ciel embrasé du premier jour de l'an, où la fureur d'éclat, la fureur du jaune éclat fait renaître le soleil en plein minuit  
je lisais une autre langue écrasée sur le basalte de Sacsayhuaman, perdue dans les fontaines de Tambomachay, gravée sur les remparts de Pisaq, une langue insensée qui ne sait pas me dire ce qu'il faut dire à l'enfant du passé
à l'enfant mâle disparu, comme tous les premiers nés, qui ne verront jamais le jour natif de Cuzco entre deux pierres de lave rose que déchire la croix d'une épée  
le jour d'un autre jour qui donne sa naissance à la route de Macchu Pichu, à la splendeur d'une femme de pierre et de forêt matricielle que les lianes ont sauvé de la Foi

 

 

macchupichu02

 

à la mesure solaire du Macchu Pichu

 

cuzco02

 

Au jour de l'an Cuzco se pare de jaune

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 15:15

dans le bus , la fille a fermé son visage, a dit d'une voix grinçante
Tiwanaku, c'est moins que rien, un pet de sable qu'on oublie aussitôt
la route était noire des pluies à venir
sur le bord de la plaine immobile les volcans accrochaient un soleil fulgurant
mais elle ne les voyait pas, la fille
elle parlait et chassait à l'envers du voyage,
les visions lointaines, les odeurs de terre, l'infinie platitude de la ville qui égratigne à peine la bosse du champ sacré
il a fallu s'évader des paroles sans couleur,
revenir à l'assemblage des pierres rouges, des visages scellés dans les murs, des fleurs dont la durée passe de graines en graines, depuis le temps
oublier la litanie d'indigence sur les routes de Tiwanaku, dans la mémoire des arcs chaotiques, des autels, des éclairs d'oiseaux jaunes, des silences de gravier, des herbes dures où crissent les chants d'autres langages
j'avais marché sur l'écho d'un mot perdu qui se nomme Tiwanaku, et le retour avait durci le ton
faubourgs de misère, boues de piétinements, route sans avenir
mais au soir
sur le bord de la plaine immobile
l'Illimani fut une lance de cuivre doré
déchirure de topaze au fin fond du néant
porte de soleil à la hauteur ultime qui fracassait la désespérance et vengeait de la médiocrité

 

tihu.34

 

d'autres images de Tihuanaku : album

 

Tiwanaku est une civilisation bien antérieure aux incas qui dura près de 1500 ans, depuis les bords du lac Titicaca jusqu'au Chili et au Pérou , et dont l'apogée se situe entre 500 et 1100 ap JC.

Les ruines de Tiwanaku ne sont pas aujourd'hui entièrement exploitées, elles dénotent un haut niveau d'architecture; de nombreux objets artisanaux, ainsi que des traces de système agricole sophistiqué, témoignent d'un passé qui a beaucoup appris aux Incas qui lui ont succédé

.

Partager cet article

publié par dominique dieterlé - dans amérique latine
commenter cet article

Repères

  • : ANISARA
  • ANISARA
  • : Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
  • Contact

Rechercher